En plus d’être en nomination dans la catégorie Interprète féminine de l’année, Andréanne A. Malette voit sa chanson Fou figurer parmi les Chansons de l’année, et pourra mettre la main sur le Félix de l’Album folk pour son disque éponyme, lancé à l’automne dernier.

ADISQ: trois premières nominations pour Andréanne A. Malette

Après avoir été boudée par l’industrie l’an dernier, Andréanne A. Malette voit enfin le fruit de son travail récompensé. Elle a récolté non pas une, ni deux, mais bien trois nominations au prochain gala de l’ADISQ. Ses premières en carrière. Et dans trois catégories d’importance.

Son opus éponyme et indépendant, lancé à l’automne dernier, se retrouve en lice pour l’Album folk de l’année, sa chanson Fou s’est finalement taillé une place parmi les Chansons de l’année, et son nom figure parmi ceux retenus pour l’Interprète féminine de l’année.

« C’est rare que je suis sans mots, mais là, depuis qu’on m’a annoncé tout ça tantôt, je suis dans un état second », a réagi la Granbyenne après l’annonce des nominés, mercredi soir.

Elle assure que les trois nominations lui font « extrêmement plaisir », mais qu’elle est particulièrement contente de voir Fou enfin reconnue à sa juste valeur. « J’avais espoir de voir Fou se faufiler dans la catégorie Chanson de l’année, mais je ne m’attendais pas du tout aux deux autres reconnaissances, admet-elle. Surtout Interprète de l’année, parce que j’ai toujours considéré que c’est ma musique que je mets davantage de l’avant. »

« Je ne pensais pas non plus y avoir accès étant donné que je suis indépendante », ajoute celle qui a fondé sa propre compagnie, les Productions Nia, il y a trois ans.

Andréanne A. Malette compétitionne dans cette catégorie, soumise à un vote du public, avec Guylaine Tanguay, Debbie Lynch-White, Klô Pelgag et Isabelle Boulay.

La Granbyenne s’est par ailleurs dite « seulement pleine de gratitude » pour ces belles reconnaissances. « Je ne vois aucunement ces nominations comme une revanche. Je n’étais pas amère l’an passé, je ne suis pas plus dans cet esprit maintenant. De toute façon, je pense que c’est parfait comme ça. L’an dernier, je n’étais pas prête. Je n’avais pas parcouru tout le chemin que j’ai parcouru dans les derniers mois. Aujourd’hui, je veux juste en profiter pleinement. »

Le temps des récoltes
Rappelons que l’an dernier, ils étaient plusieurs à s’étonner de l’absence de l’auteure-compositeure-interprète parmi les nominées du gala de l’industrie, et de sa chanson Fou en particulier, le titre ayant trôné au sommet du palmarès de l’ADISQ pendant 16 semaines et s’étant maintenue dans le top 10 pendant plus de 40 semaines.

Mentionnons par ailleurs que la chanson a cette année été retenue parmi les dix titres en lice pour le prix Félix-Leclerc et le prix de la chanson SOCAN. La Granbyenne s’est aussi vu décerner une deuxième plaque de la SOCAN, sa chanson Ici et ailleurs s’étant également hissée au top des palmarès radio.

« J’ai beaucoup semé, j’ai beaucoup travaillé, reconnaît-elle. Peut-être que c’est la période de récoltes, mais je ne veux pas non plus m’asseoir là-dessus. Ces nominations, pour moi, viennent juste en quelque sorte me dire que j’ai pris la bonne décision, il y a trois ans, d’être une artiste indépendante. »

Pierre Lapointe, Philippe Brach, Hubert Lenoir, Loud, Isabelle Boulay et Marc Dupré dominent les nominations de ce 40e gala de l’ADISQ, qui se tiendra le 28 octobre prochain à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.