Une sculpture réalisée par Marie-Josée Leroux, installée à côté de vignes du Domaine des Côtes d’Ardoise pour l’exposition Nature et création.

81 poètes de la matière à l’œuvre

Errer sur les terres du vignoble du Domaine des Côtes d’Ardoise, à Dunham, afin d’acheter ou d’admirer les nombreuses sculptures, qui vont de représentations très réalistes en bronze à des œuvres plus abstraites en marbre : c’est ce que propose l’exposition Nature et Création, dont le vernissage avait lieu dimanche.

Il y a 18 ans, le Domaine des Côtes d’Ardoise faisait construire un grand monticule gazonné sur son terrain, pour éviter l’inondation de ses bâtiments situés au bas des terres du vignoble. Un artiste de la région a alors fait remarquer que l’installation de sculptures sur la butte agrémenterait joliment l’endroit : ainsi est née l’exposition Nature et Création.

« C’est une entité à part entière, ça n’appartient pas au vignoble, mais on a une bonne collaboration, et ensemble, on est plus fort », précise Jean-Pierre Ménard, président et organisateur de l’exposition Nature et Création.

Bien placé pour en parler, M. Ménard a travaillé 20 ans comme vigneron au Domaine, puis il a « arrêté la vigne » pour se consacrer à l’exposition, en plus de s’occuper des jardins de l’endroit.

Lancée avec six artistes à la première année, Nature et Création accueille maintenant les œuvres de 81 « poètes de la matière » provenant d’un peu partout au Québec. « Hommes et femmes ! on a pratiquement la parité », souligne l’organisateur.

Chaque mouture de l’événement se distingue de la précédente, car l’exposition comporte au moins à 80 % de nouvelles œuvres chaque année.

Sculpture en bronze de l’artiste Guy Pierre

L’exposition sans thème comporte 150 sculptures à l’extérieur et 70 à l’intérieur, regroupant de tous les styles, formats et matériaux.

« Comme c’est moi l’organisateur, je m’arrange pour que chaque sculpture se suive mais ne se ressemble pas : une en bois, une en métal, une en pierre ; différentes sortes de pierres, différentes hauteurs... De jouer avec les matériaux et les grandeurs comme ça, c’est ce qui fait qu’on a vraiment une belle exposition. »

De plus en plus couru
Selon M. Ménard, entre 800 et 1000 personnes auraient assisté au vernissage, dimanche. « L’an passé, il avait plu et il y avait eu 750 personnes, donc cette année c’est pas loin du mille, certainement », estime-t-il.

Le directeur croit que l’événement est de plus en plus connu et qu’il va continuer de prendre de l’ampleur dans les prochaines années.

« Déjà, c’est très bien, et on se fait connaître beaucoup dans la région, mais c’est vrai qu’on veut sortir de la région aussi. Il y a déjà beaucoup de gens qui viennent de Montréal, de Québec, de Trois-Rivières, ou même d’Ottawa ou d’autres provinces, mais on veut l’emporter encore plus loin et faire connaître le monde de l’art au Québec », ajoute-t-il.

Même son de cloche de la part du maire de Dunham, Pierre Janecek, qui a pris la parole lors du vernissage. « Je viens depuis cinq ans et je vois de plus en plus de monde, et c’est un des plus gros succès pour la municipalité et pour Brome-Missisquoi, aussi ! », avait-il déclaré.

L’exposition de sculptures demeurera ouverte au public jusqu’au 29 octobre 2018, au Domaine des Côtes d’Ardoise, à Dunham.