Le jazz a cessé de faire vibrer Sutton, après un mois de festival. Les dernières notes de la 18e mouture ont résonné sur le site de Mont Sutton, dimanche, avec le spectacle d’Isabella Rachiele.

500 personnes aux spectacles payants du Festival de Jazz du Sutton

Le jazz a cessé de faire vibrer Sutton, après un mois de festival. Les dernières notes de la 18e mouture ont résonné sur le site de Mont Sutton, dimanche, avec le spectacle d’Isabella Rachiele.

Toutes les fins de semaine, du 13 septembre au 6 octobre, les amateurs de musique jazz ont ainsi eu la chance d’assister à 26 spectacles gratuits et à six « grands événements » dans les rues, les restaurants, les commerces et les salles de spectacles. Durant près d’un mois, plus d’une centaine d’artistes ont offert des prestations.

« C’est un succès encore cette année », affirme avec beaucoup de fierté — et un peu de fatigue ! — celui qui a fondé le festival il y a 18 ans, Stanley Lake, en entrevue téléphonique avec La Voix de l’Est, dimanche soir.

Près de 500 personnes se sont déplacées pour assister aux spectacles payants, ce que M. Lake estime très bon, considérant la petite poignée d’adeptes que ce genre musical compte au Québec. Il n’a cependant pas été possible de comptabiliser l’achalandage lors des spectacles offerts gratuitement. Chose certaine, les restaurateurs qui ont accueilli ces représentations étaient très satisfaits, ce qui a fait le bonheur de l’organisation.

Large éventail

Ce succès, Stanley Lake l’attribue en partie à l’éventail étendu de styles de jazz qui ont été présentés ces dernières semaines, du traditionnel, qui est souvent plus populaire et compris, au plus moderne.

La programmation était composée d’un mélange d’artistes de la région et d’autres venus de l’extérieur. Stanley Lake a lui-même pris part à certains spectacles.

L’organisation a été rentable cette année, ce qui est une bonne nouvelle en vue de la tenue de l’événement l’année prochaine.