Actualités

Rockie Awards: La vraie nature en nomination

La vraie nature figure parmi les nommés des Rockies Awards cette année, a annoncé Productions Déferlantes jeudi avant-midi.

Organisée dans le cadre du Festival international des médias de Banff, cette remise de prix récompense les meilleures productions télévisuelles à travers le monde. L’émission pilotée et coproduite par Jean-Philippe Dion et qui est tournée dans un chalet de Lac-Brome est finaliste dans la catégorie Style de vie. 

Une autre production de Déferlantes est également en nomination, à savoir la série documentaire Pot inc., diffusée sur la chaîne Moi et Cie. Elle est en lice pour le titre de la Meilleure émission d’intérêt social et d’affaires publiques. 

Boomerang, M’entends-tu?, District 31 et Trop sont les autres productions québécoises à avoir obtenu une nomination aux Rockie Awards 2019. La cérémonie de remise des prix se tiendra à Banff le 10 juin. 

Arts

La Tournée Feu de camp s’enflamme

La Tournée Feu de camp mis sur pied par Andréanne A. Malette en 2016 devra peut-être bientôt se nommer Tournée Feu de joie. Le concept prend de l’ampleur d’année en année, si bien que ce sont pas moins de 20 artistes qui sillonneront l’est du Canada cet été, soit quatre fois plus que l’an dernier.

« Pour répondre à la demande, on n’avait pas le choix, laisse savoir l’auteure-compositrice-interprète et productrice granbyenne. On recevait plus d’une centaine de demandes chaque année, mais on ne pouvait que répondre à une quarantaine. On perdait beaucoup d’opportunités. »

Musique

OSQ et Isang Enders: de finesse et de fièvre

CRITIQUE / Marier la colossale et contrastée «Symphonie no 4» de Bruckner et le «Concerto pour violoncelle» de Schumann dans le même programme produit un concert aux contrastes vifs, où l’on passe de la douceur la plus fine aux cascades les plus flamboyantes. Judicieusement mené par la baguette de son capitaine Fabien Gabel, l’Orchestre symphonique de Québec est arrivé à bon port, en évitant les pièges du périple.

La pièce de résistance, la Symphonie no 4 de Bruckner, en mi bémol majeur, «Romantique» version 1880 (il faut préciser puisque le compositeur aimait remettre son ouvrage sur le métier) a été servie après l’entracte. 

Le frémissement fébrile des cordes et l’appel retentissant d’un cor nous transportent rapidement au cœur d’une cité médiévale entourée d’une forêt enchantée. L’alternance entre les airs cristallins — portés avec agilité par la flûtiste Jacinthe Forand — et les déferlements enflammés des cuivres (chapeau au corniste Levente Varga) nous tient aux aguets.

Batifolages bucoliques, épreuves épiques, chasse à courre, poursuite enlevante, menace grondante… L’imagination du mélomane peut rouler à pleine vitesse pour tricoter le récit d’aventures le plus enlevant qui soit. Il y a évidemment des moments d’accalmie, flottants, évanescents, où même les cuivres, étouffés, semblent doucement résonner depuis une contrée lointaine. Une expérience musicale qui n’avait rien à envier à une trépignante saga de chevaliers.

Bercés par Isang Enders

La première partie, dédiée au Concerto pour violoncelle en la mineur de Schumann, a permis à l’OSQ de prendre des airs d’orchestre de chambre.

Les cordes et quelques instruments à vent ont joué tout en douceur et en finesse avec le soliste Isang Enders. Le musicien allemand a tout juste la trentaine, mais est déjà fort de 10 ans d’expérience comme violoncelle solo à la Staatskapelle de Dresde. Bien qu’il soit plutôt effacé, ne se permettant qu’un vague sourire lors d’un moment plus fougueux, il a admirablement fait chanter son instrument, avec des graves bien appuyés et de vifs traits d’archet. Il s’est mérité une ovation de la part des spectateurs d’un parterre passablement dégarni en ce mercredi de mars.

On retiendra le son tamisé, soyeux, soigneusement modulé par Fabien Gabel qui, un doigt sur les lèvres, incitait parfois ses musiciens à frôler le silence. Un segment d’une délicieuse langueur rêveuse, appuyé par des pizzicatos, dans le deuxième mouvement, était particulièrement sublime.

La Symphonie no 4 de Bruckner sera reprise jeudi à 10h30 au Grand Théâtre de Québec.

Livres

Le torchon brûle entre le prix Goncourt 2017 et un historien

PARIS — Une polémique littéraire comme il n’en existe presque plus oppose le lauréat du prix Goncourt 2017, Éric Vuillard, et l’historien américain, spécialiste de la France de Vichy, Robert Paxton.

L’ordre du jour couronné en 2017 par le plus prestigieux prix littéraire du monde francophone a été traduit en anglais l’an dernier et le livre n’a pas convaincu l’historien américain qui, dans un long article paru en décembre dans le New York Review of Books, fustige au passage le jury du prix Goncourt accusé d’être passé à côté «des grands auteurs de leur époque».

«Beaucoup de grands auteurs français du XXe siècle comme André Gide, Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Céline ou Colette n’ont jamais reçu le Goncourt. Éric Vuillard sera-t-il un des lauréats dont on se souviendra? Il y a des raisons d’en douter», affirme l’historien.

L’ordre du jour revient sur l’arrivée au pouvoir d’Hitler, l’Anschluss et surtout sur le soutien sans faille des industriels allemands à la machine de guerre nazie.

Dans la célèbre revue littéraire bimensuelle américaine, l’auteur de La France de Vichy a contesté cette thèse. «Au cours des dernières années, des recherches minutieuses» ont montré que si les grandes entreprises ont bien financé le parti nazi, elles ont donné de l’argent à tous les partis non-marxistes. «En fait, soutient Paxton, les nazis ne furent pas les plus gros destinataires» des fonds dispensés par les grandes entreprises allemandes.

«Les industriels allemands préféraient largement les partis conservateurs traditionnels», écrit l’historien qui concède que les grandes entreprises se sont réjouies de l’arrivée au pouvoir des nazis qui ont supprimé les syndicats et aboli le droit de grève.

Les entreprises allemandes «ont utilisé de la main-d’œuvre réduite en esclavage pendant la guerre sans apparemment s’en soucier», écrit-il. Selon lui, Vuillard a été récompensé par le Goncourt davantage en raison de son style («musclé, concret, richement inventif, ironique, sardonique et dogmatique») que sur la véracité de son récit.

Réplique

Piqué au vif par le terme «dogmatique», Éric Vuillard vient de répondre à la critique de l’historien dans les colonnes de la revue américaine.

Le romancier reproche notamment à Robert Paxton d’avoir été disciple de l’historien «maurassien» Raoul Girardet, proche de l’OAS durant la guerre d’Algérie et auteur du classique Mythes et mythologies politiques. «C’est ce que Robert Paxton considère comme un historien neutre», ironise l’écrivain.

«Le professeur Paxton imagine qu’écrire n’est rien de plus qu’une question d’ornementation, de composition et d’équilibre. Il est libre d’appliquer ces catégories ennuyeuses à ses propres livres», écrit-il.

«La bonne fiction ne nécessite aucune justification utilitaire, mais peut contribuer puissamment à l’enseignement de l’Histoire. Certains romans le font mieux que d’autres», lui a répondu sèchement Robert Paxton.  

Musique

Woodstock: 50 ans après, de vieilles gloires et des vedettes contemporaines

NEW YORK — Pour célébrer comme il se doit les 50 ans de Woodstock, plusieurs poids lourds de la musique contemporaine comme Jay-Z ou les Black Keys rejoindront cet été sur scène des vieilles gloires déjà présentes lors du légendaire festival en 1969.

Cinquante ans après le lancement de ce festival - un moment mythique de la culture hippie - Santana, John Fogerty, Country Joe McDonald et Canned Heat vont reprendre leur guitare, eux qui avaient déjà partagé la scène de la première édition avec notamment Jimi Hendrix, Janis Joplin et Joe Cocker.

RICHARD THERRIEN

«Notre vie»: la saison 3 arrive en français

BLOGUE / Vous avez été nombreux à me demander quand ICI ARTV allait diffuser la troisième saison de «Notre vie», version française de la populaire série américaine «This Is Us». Eh bien, mettez un «X» sur votre calendrier à la date du samedi 8 juin, à 22h.

Dans cette troisième saison, Kate, Kevin et Randall arrivent à leur 38e anniversaire. La première est maintenant mariée et projette d'avoir un enfant avec Toby; Kevin souhaite se rendre au Vietnam avec Zoe, là où son père a combattu dans l'armée; et Randall entreprend une nouvelle carrière.

La saison 3 doit prendre fin le 2 avril à NBC, alors qu'ICI Radio-Canada Télé diffuse actuellement la saison 2, le samedi à 21h. Une quatrième saison est maintenant une formalité aux États-Unis, et les producteurs ont même évoqué le mois dernier que la série pourrait se conclure après six saisons.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Arts

Arrestation de l'auteur Yvan Godbout: « C’est invraisemblable »

« Ma maison d’édition est attaquée. L’un de ses dirigeants a été arrêté par la police. Même chose pour Yvan Godbout, l’auteur d’un des Contes Interdits. On les a interrogés. Les livres ont été saisis. Des accusations seront portées. Tout ça pour une scène choquante dans un livre de fiction. Un passage horrifiant dans un livre d’horreur. Pour vrai, lecteurs, je suis sous le choc et j’arrive à peine à imaginer toutes les répercussions de cet événement. D’abord sur mon ami Yvan. Sur l’équipe des Éditions AdA qui travaille avec passion depuis 25 ans. Et sur les créateurs d’ici... Les deux premiers sont dévastés. Les autres ont intérêt à réagir... »

Patrice Cazeault est sous le choc depuis l’arrestation la semaine dernière de son ami Yvan Godbout et du directeur de sa maison d’édition, Nycolas Doucet.

Arts

Illumi-Féerie des lumières, le nouveau projet de Cavalia

Après les immenses succès de ses spectacles Cavalia et Odysseo, Normand Latourelle est prêt à dévoiler sa prochaine création. Dès novembre prochain, à Laval, le fondateur de Cavalia proposera une aventure nocturne multicolore et multisensorielle tout illuminée avec Illumi - Féerie des lumières.

En fait, ceux et celles qui sont passés par le boulevard Pierre-Laporte de nuit cet hiver ont déjà probablement eu un petit avant-goût de ce que le président et directeur artistique de Cavalia mijote depuis quelque temps. À la hauteur de Brigham, un étrange « parc lumineux » constitué de structures de toutes les couleurs attire le regard des curieux depuis l’automne dernier.

Musique

Un rappeur chantant «pendez les Blancs» condamné

PARIS — «La liberté de création artistique n’est pas absolue» : le rappeur français Nick Conrad, propulsé hors de l’anonymat par son clip violent, «Pendez les Blancs», a été condamné mardi à Paris à 5000 euros (7500 $) d’amende avec sursis pour provocation au crime.

En septembre 2018, la diffusion de ce clip, depuis retiré par YouTube, avait enflammé les réseaux sociaux et suscité de nombreuses condamnations au sein du gouvernement et dans la classe politique.