Un poil à la fois

Je m'étais promis de ne pas parler de ma moustache de novembre, mais je me suis menti. Alors, voilà.
Je voulais essayer quelque chose de nouveau cette année, quelque chose d'audacieux. Donc, j'ai opté pour la moustache carrée. Oui oui, la Chaplin, la Poirot, la Hitler, name it, ça reste une moustache carrée.
Au début, je n'étais pas trop sûr... Je ne le suis toujours pas. À sa vue, ceux qui ne me connaissent semblent mal à l'aise. J'ai l'impression qu'ils se demandent: c'est pour vrai ou quoi?
Pour les gens (prononcez «gensse», ça se fait à Venise-en-Québec, entre autres) qui me connaissent, ça va de la douce déception - «ah, tu as une moustache carrée...» - à l'antipathie pure - «maudit que c'est laitte c't'affaire-là, enlève-moi ça tout de suite» (ma mère).
Tous les détails dans notre édition de samedi