Un été coloré

Un soir que je regardais Andrew Zimmem, l'animateur de l'émision Bizarre appétit, sur Zeste, se remplir la panse de sous-marins plus décadents et dégoulinants les uns que les autres dans un petit bled américain, j'ai fait ni un ni deux et j'ai commandé superstar de 14 pouces chez Mikes. Avec des frites.
Il était 22h12! Dire que j'avais l'eau à la bouche ne serait pas mentir.
Le même élan m'a prise cette semaine - travail oblige, je me suis contrôlée - en lisant la chronique vin de la sommelière Marie-Michèle Grenier, publiée dans Le Plus, et la chronique bière de Philippe Wouters, publiée dans La Voix de l'Est.
Prendre un verre avec des amis ou en famille fait partie, selon moi, des grands plaisirs de la vie.
Mais, et le phénomène se produit également dans l'allée des céréales à l'épicerie, l'offre à de quoi nous rendre fous.
Heureusement, des spécialistes existent pour nous guider.
L'autre jour, la dame à la SAQ m'a demandé si ce que je cherchais était une suggestion de Philippe Lapeyrie, chroniqueur-sommelier à Salut Bonjour. Quand il propose un vin, rouge ou blanc, la société d'état se garroche pour en ajouter des bouteilles sur ses tablettes, car les gens en font chaque fois des provisions. C'est la folie, ça a l'air.
Non. Moi, je voulais mettre la main sur un blanc proposé par MA sommelière, que je surnomme affectueusement Marie-Miche. Malheureusement, aucune succursale de Granby ne l'avait en stock...
Ce n'est que partie remise. Dans le temps, j'étais plus rouge que blanc. Marie-Miche avait toutefois piqué ma curiosité en parlant d'un blanc qui avait fait virer le capot de bord à un de ses collègues qui ne jurait que par les vins rouges: le St-Joseph, Pierre Gaillard (code SAQ 11219606).
Un vin blanc et, je cite ma Marie-Miche, «riche et complexe avec une bouche d'une belle rondeur».
Un poème.
La bouteille se détaille 41,75$, mais comme j'avais reçu une carte-cadeau de 50$, je trouvais le moment idéal de l'appliquer sur mon achat.
Quand j'y aurai trempé les lèvres, je vous donnerez mes impressions.
Plusieurs chroniques de Marie-Miche sont minutieusement conservées dans mon téléphone. Intégralement. Avant publication, je les prends en photo et je les glisse dans mon album «vino». Une aide précieuse quand je me casse la tête devant la section des vins espagnols, genre.
Un super coup de pouce, aussi, quand je veux offrir une bonne bouteille en cadeau.
Je pense qu'avant longtemps je devrai me créer un album «bières», car je commence à être accro aux chroniques de Philippe Wouters, dans La Voix de l'Est. J'aime son style, son humour. Peut-être est-ce aussi à cause de sa ressemblance déconcertante avec mon patron, aussi grand amateur de bières et clown à ses heures. Allez savoir.
Cette semaine, le chroniqueur belge m'a donné le goût de tout lâcher pour aller faire la tournée des brasseries... à Ottawa!
Côté bières, j'explore. Une (ou deux) bonne bière froide après une journée de jardinage, c'est un pur délice.
J'aime bien les rousses et les blondes douces. Je ne remuerais toutefois pas ciel et terre pour une stout ou une India Pale Ale (IPA) au goût de malt trop prononcé. Quoiqu'en bonne compagnie...
Parce que c'est ça le meilleur: refaire le monde avec des gens qu'on aime, un verre à la main. S'arrêter le temps d'un souper juste bien arrosé.
C'est, entre autres, ce que je me souhaite pour les quatre prochaines semaines.
Pendant ce temps, Le Plus fera relâche de sa forme habituelle. Retrouvez toutefois son contenu dans les pages de La Voix de l'Est tous les mardis.
Nous vous revenons requinqués le mercredi 9 août.
Santé et bon été!