Souvenirs sportifs des Fêtes

CHRONIQUE / Probablement comme plusieurs d'entre vous, je me sens toujours un peu nostalgique à cette période de l'année. Quand je vois mes enfants s'amuser pendant les vacances de Noël, y'a plein d'images qui me reviennent en tête.
Les matchs de hockey dans la rue de mon enfance. On jouait jusqu'à ce qu'on ne sente plus nos orteils !
De belles images. Et mes souvenirs des Fêtes sont associés en grande partie aux sports. Aux sports que je pratiquais et à ceux que je regardais à la télé !
Je ne sais plus combien de matchs de hockey dans la rue j'ai pu disputer pendant les vacances de Noël alors que j'étais ti-cul. Un méchant paquet, en tout cas. Avec le gros Christian, Braou, Chevreuil Dubreuil et le reste des gars de la rue Pérodeau et des alentours à Longueuil, on sortait nos filets vers 9 h le matin, on jouait jusqu'au dîner et on reprenait ensuite jusqu'au souper. Et bien souvent, on jouait encore jusqu'à 20 h ou 21 h... ou jusqu'à ce qu'on ne sente plus nos orteils !
Crime qu'on avait du fun !
Une année, mon père m'a acheté pour Noël un équipement complet de gardien de but... même si je jouais seulement au hockey dans la rue. Les jambières, les mitaines, le plastron, le masque, toute ! Encore aujourd'hui, je pense que c'est le plus beau cadeau que je n'ai jamais reçu.
Mes amis étaient jaloux. Et avec mon nouvel équipement, y'a pas un maudit puck qui rentrait ! C'est pas compliqué, tout le monde voulait m'avoir dans son équipe !
Une année, j'avais gossé avec un bout de bois ce qui ressemblait à un trophée. Y'était pas beau, mais j'avais travaillé fort. Et on remettait le trophée à celui qui avait été le meilleur joueur de la gang à la fin de la journée. Braou, qui était tout un défenseur, avait été le premier à le gagner.
On jouait parfois aussi au football pendant les vacances de Noël. Avec un petit ballon de caoutchouc et toujours dans la rue. On se garrochait partout et on rentrait à la maison tout mouillé. Ma mère était pas toujours contente...
Mais il y avait aussi le hockey à la télé. Et ce qui me vient en tête, quand je repense à ça, ce sont les matchs Canadien-Nordiques du temps des Fêtes ainsi que les visites des équipes russes. Il faut dire que, à l'époque, les Soviétiques, comme on les appelait, ne jouaient pas encore dans la Ligue nationale et que chacune de leurs visites en Amérique du Nord constituait un événement.
Je pense d'ailleurs que le premier match que j'ai véritablement regardé à la télé est celui opposant l'Armée rouge au Canadien. Vous savez, le fameux match du 31 décembre 1975. Tretiak avait fait des miracles devant son filet et ça s'était terminé 3-3. Oui, les jeunes, y'avait encore des matchs nuls dans le temps ! Certains parlent encore de cette rencontre comme étant le « match du siècle » tellement c'était bon.
Les confrontations Canadien-Nordiques divisaient les familles pendant les Fêtes. Moi, j'étais un Nordique ! Et je me souviens de quelques discussions musclées avec une couple de mononcles. J'étais jeune, mais je tenais mon bout : « non mononcle Jean-Guy, c'est pas vrai que Dale Hunter joue cochon ! ! ! »
Le 7 janvier, comme le chantait Beau Dommage, on reprenait le chemin de l'école. Un peu tristes de retourner en classe, mais heureux d'un beau temps des Fêtes.
C'était l'fun. Vraiment l'fun à part ça. Les années passent, la vie passe, mais les souvenirs restent. Et ça nous fait de quoi à raconter à nos enfants qui sont en train, à leur tour, de se construire leurs souvenirs des vacances de Noël.
Amis lecteurs, je vous souhaite de très belles Fêtes. On se rejase dans une couple de semaines.