Lucille Dignard et Jade McPhee de Sclérose en plaques Haute-Yamaska-Richelieu.

SEPHYR: une marche pour se faire connaître

Après trois années « dans l'ombre », l'organisme Sclérose en plaques Haute-Yamaska-Richelieu (SEPHYR) souhaite maintenant s'exposer au grand jour. Et c'est à travers une première Marche de la solidarité qu'il a choisi de le faire.
L'événement aura lieu le samedi 9 septembre prochain dans le sentier du parc Daniel-Johnson à Granby. Les participants - on en espère une cinquantaine - pourront y cumuler jusqu'à 5 kilomètres à pied ou en fauteuil roulant. 
Une belle façon, selon la directrice générale de SEPHYR, Lucille Dignard, de créer une vague de solidarité entre les personnes souffrant de sclérose en plaques, mais aussi autour d'eux. Les 3000 $ qu'on souhaite amasser permettront d'ailleurs de financer des services à leur intention.
En devenant indépendant de la Société canadienne de la Sclérose en plaques, il y a trois ans, SEPHYR a voulu concentrer tous ses efforts sur une carte de services dédiés aux personnes de la région (Haute-Yamaska, Brome-Missisquoi et Rouville), atteintes de la maladie. 
Grâce à un legs de 72 000 $ du philanthrope André Bessette, on a pu aménager les locaux de la rue Saint-Joseph, en les dotant de tous les équipements nécessaires : cuisine, salles de réunion, salle d'entraînement, bureaux. 
« Il faut maintenant mettre du contenu dans le contenant ! On aimerait qu'après le diagnostic, les gens soient accompagnés tout au long de leur vie. Si on intervient dès le début, on peut faire une différence dans tous les aspects de leur vie », soutient Mme Dignard, en précisant qu'à l'heure actuelle, SEPHYR se limite à offrir « de petits services et beaucoup d'accueil individuel ». 
Accompagnement médical, trucs d'alimentation, exercices, ateliers de gestion du stress ou d'art-thérapie, conférences... Les besoins et les idées sont innombrables pour améliorer de façon significative la qualité de vie des usagers de SEPHYR. L'organisme désire d'ailleurs embaucher un spécialiste pour offrir à temps plein des services sur place, au lieu de diriger les gens vers des ressources externes. 
« C'est innovant ce qu'on fait ! », assure la dame, en rêvant d'élargir un jour l'offre de services à toutes les personnes souffrant de maladies chroniques.
Encore faut-il avoir les moyens de ses ambitions. L'aide financière pour l'employé spécialisé pourrait venir du Programme de soutien aux organismes communautaires. Mais Lucille Dignard estime à 30 000 $ par année les autres besoins financiers de l'organisme. 
SEPHYR repose sur trois sources de revenus : le Programme de soutien aux organismes communautaires, les ventes de la boutique Les livres de l'eSPoir (aussi située dans la rue Saint-Joseph) et les octrois/activités de financement.
D'où la tenue de la Marche de la Solidarité, samedi prochain, à compter de 10 h. Les marcheurs sont invités à faire un don minimum de 25 $ par personne ou 75 $ par groupe d'au plus cinq personnes de 13 ans et plus.
Une petite marche animée et gratuite est aussi prévue pour les enfants de moins de 12 ans. Un dîner BBQ sera également ouvert à tous. 
Pour s'inscrire à la marche, on compose le 450-776-1106 ou on visite le site www.sephyr.org.