Dès le mois d'août, près de 2 km de sentiers d'interprétation s'ajouteront à la nouvelle formule de visite tout-en-un du vignoble Les Petits Cailloux. Au sommet : une vue imprenable sur le vignoble.

Réserver une expérience totale

Le vignoble Les Petits Cailloux n'est plus ouvert au public tous les jours. Il mise dorénavant sur une formule « réservez d'avance ». Un concept différent qui permettra d'en offrir plus aux clients, tout en évitant les dépenses superflues du propriétaire.
« Faut se le dire : Saint-Paul-D'Abbotsford, le mont Yamaska, c'est très peu touristique comparativement à Rougemont, par exemple », juge Martin Lavertu, propriétaire du vignoble Les Petits Cailloux, en entrevue avec La Voix de l'Est.
Malgré son implantation dans la communauté depuis plus de 10 ans, l'entreprise vinicole de Saint-Paul, qui a effectué sa première récolte en 2005, est difficilement rentable. « On n'a pas assez d'achalandage pour justifier de rester ouvert sept jours sur sept », ajoute l'entrepreneur. 
Loin de le décourager, cette situation lui a permis de développer, cet hiver, une formule originale. Il met désormais de l'avant les Journées et les Soirées Petits Cailloux. Il s'agit de forfaits spécifiques qu'il faut réserver sur le site web du vignoble (www.lespetitscailloux.com) avant de s'y rendre. Au programme lors de ces journées et soirées : dégustation de vins, visite guidée et petites bouchées (les soirs seulement). 
« On a commencé ça il y a deux semaines, et les clients capotaient, ils ont beaucoup apprécié ça, et moi aussi. C'est vraiment agréable », commente le propriétaire, qui apprécie jusqu'à maintenant sa formule inversée. « C'est plus intime, plus exclusif », dit-il.
Sentiers d'interprétation
Une autre nouveauté attend les visiteurs du vignoble Les Petits Cailloux à partir du mois d'août, si les démarches du vignoble avec les assurances se passent bien : quelque 2 km de sentiers d'interprétation menant à un sommet du mont Yamaska. 
« L'idée vient beaucoup des gens qui passaient au vignoble. Ils me demandaient régulièrement s'il y avait un sentier qui menait à la montagne », explique Martin Lavertu.
D'ailleurs, une première demande avait été faite à la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) pour ajouter ces sentiers à l'offre du vignoble à l'hiver 2016, mais elle a été refusée, car elle ne mettait pas à l'avant-plan les produits agricoles, selon l'instance gouvernementale. 
Or, avec la formule tout-en-un maintenant offerte, la CPTAQ a révisé sa décision et donné le feu vert aux sentiers. Les visiteurs pourront donc profiter d'environ 2 km de marche avant d'atteindre un sommet du mont Yamaska, d'où ils pourront bénéficier d'une vue imprenable sur le vignoble à partir d'une aire de décollage de parapente. « Si la journée est bonne, les visiteurs pourront voir les départs des vols », souligne le propriétaire du vignoble.
Il indique toutefois qu'un forfait vin/vol ne verra pas le jour, puisqu'il arriverait trop souvent que les vols soient annulés à cause de la météo. 
Le propriétaire met également les randonneurs en garde : le sentier n'est pas facile. « C'est un sentier montagneux, difficile, d'à peine deux pieds de large et avec une bonne pente », avertit-il, mentionnant que le port d'une bonne paire de chaussures n'est pas à négliger.