Réjean Genest a quitté la vie politique pour mieux revenir à ses anciennes amours: le jardinage.

Réjean Genest revient à ses amours

Réjean Genest a quitté la vie politique pour mieux revenir à ses anciennes amours: le jardinage. «Enfin, je vais pouvoir jardiner chez moi et cultiver des légumes en quantité», a-t-il lancé lorsque La Voix de l'Est l'a rencontré.
M. Genest a été élu, contre toute attente, député néo-démocrate de la circonscription de Shefford en 2011. Il n'a pas sollicité de renouvellement de mandat l'an dernier pour des raisons de santé, dit-il.
S'ennuie-t-il de la politique? «Absolument pas», laisse-t-il tomber. Il affirme avoir passé de «merveilleuses années» à Ottawa, à oeuvrer pour la région. Mais «c'est beaucoup, beaucoup de travail», dit-il. Selon lui, son épouse, en particulier, a trouvé cette période difficile.
Réjean Genest affirme avoir parfois passé des mois sans voir ses enfants et ses petits-enfants, car son emploi du temps et ses activités ne le lui permettaient pas. «C'est très prenant», dit-il.
Aujourd'hui, il dit se tenir au courant de ce qui se passe sur la scène politique. Mais sans plus. Les 250 variétés d'hémérocalles que compte son terrain et les semis de légumes qu'il réalise dans sa petite serre l'intéressent beaucoup plus.
Au jardin communautaire, Réjean Genest ne se fera d'ailleurs pas prier pour partager quelques-uns de ses secrets. Déjà, il a préparé un calendrier des semis et des plantations qu'il a l'intention de remettre aux jardiniers. Il veut aussi offrir les nombreux plants de tomates, poivrons, aubergines et autres fraises qu'il a démarrés chez lui.
«L'idée, c'est de rendre service et ici, ça fait partie de ça», laisse tomber M. Genest.