Textron a annoncé mercredi qu'elle mettait la main sur Arctic Cat dans le cadre d'une transaction évaluée à 247 millions $ US.

Rachat d'Arctic Cat: un rival plus concurrentiel pour BRP?

Le rachat du constructeur de motoneiges et de véhicules tout-terrain Arctic Cat par Textron pourrait bien rendre ce rival de la société québécoise BRP (TSX:DOO) plus concurrentiel à moyen terme, estiment certains analystes financiers.
Le géant américain de la défense a annoncé mercredi qu'il mettait la main sur Arctic Cat dans le cadre d'une transaction évaluée à 247 millions $ US. Textron versera 18,50 $ US pour chaque action de la société établie au Minnesota, ce qui représente une prime de 41 pour cent par rapport à son cours de clôture de mardi.
Textron assumera la dette d'Arctic Cat, dont le montant n'a pas été précisé. La société de Providence, au Rhode Island - notamment propriétaire de Bell Helicopter, qui exploite une usine à Mirabel dans les Laurentides - a l'intention d'intégrer Arctic Cat dans son secteur des véhicules spécialisés, qui construit déjà des véhicules tout-terrain ainsi que des voiturettes de golf.
« Nous croyons que Textron était prête à payer une prime aussi élevée afin de mieux concurrencer sa rivale américaine Polaris Industries dans le segment des véhicules militaires légers, souligne Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note envoyée par courriel. Cette acquisition crée toutefois un concurrent plus féroce pour BRP. »
La transaction a fait bondir le titre d'Arctic Cat sur le Nasdaq. Celui-ci a clôturé mercredi en hausse de 5,46 $ US, soit 41,7 pour cent, à 18,55 $ US. Les actionnaires de Textron ont toutefois moins bien réagi, puisqu'à la Bourse de New York, son titre a abandonné 2,65 $ US, soit 5,4 pour cent, à 46,73 $ US.
Les actionnaires de BRP confiants
Selon M. Poirier, l'acquisition signifie qu'à moyen terme, l'entreprise de Valcourt pourrait potentiellement avoir plus de difficulté à gagner des parts de marchés dans le secteur des motoneiges ainsi que celui des véhicules tout-terrain.
Néanmoins, l'analyste laisse toutefois son cours cible inchangé, à 33 $, pour l'action de BRP, qui a été essaimée de Bombardier (TSX:BBD.B) en 2003.
Par ailleurs, l'acquisition de Textron n'a pas semblé ébranler la confiance des actionnaires du constructeur des Ski-Doo, Sea-Doo et Can-Am. Le titre a pris mercredi 55 cents, soit 2,1 pour cent, à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 27,38 $.
De son côté, Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, a estimé qu'Arctic Cat, qui éprouvait des difficultés financières en plus de perdre des parts de marché au profit de concurrents comme BRP, pourrait maintenant avoir davantage de moyens à sa disposition pour rehausser son portefeuille de produits.
« En contrepartie, Arctic Cat ne représentera qu'une petite partie de Textron, un conglomérat propriétaire du constructeur d'avions Cessna et de Bell Helicopter, nuance l'analyste dans un rapport. BRP, dont les activités tournent principalement autour (des véhicules récréatifs) risque d'être en mesure de continuer à tirer son épingle du jeu. »
D'après M. Doerksen, l'entreprise québécoise devrait continuer à être en mesure d'accroître ses revenus et gagner des parts de marché si elle demeure dynamique en continuant de dévoiler de nouveaux modèles, particulièrement dans le segment des véhicules côte à côte.
Avalée par un conglomérat aux reins solides, Arctic Cat pourrait également lever le pied sur certaines promotions dans le but d'écouler ses stocks d'anciens modèles, ce qui, écrit l'analyste, devrait être accueilli favorablement par les autres joueurs de l'industrie.
En décembre, lors du dévoilement de ses résultats du troisième trimestre, BRP avait fait état d'un bénéfice net de 78,7 millions $, ou 70 cents par action, en progression de 20 pour cent. L'entreprise avait également relevé certaines de ses prévisions pour l'exercice en cours. Son bénéfice ajusté par action devrait varier entre 1,86 $ à 1,96 $, alors que sa prévision précédente faisait état d'une fourchette de 1,82 $ à 1,92 $ par action.