Le 24 juin dernier, à l'Autre Saint-Jean, Yes Mccan, un Granbyen d'origine, et les Dead Obies ont pu offrir une performance devant plus de 15 000 personnes.

«Pour l'art en premier» Jean-François Ruel, alias Yes Mccan, du populaire groupe Dead Obies

Un des groupes de rap qui prend de plus en plus de place sur la scène québécoise est sans contredit Dead Obies. Jean-François Ruel, Granbyen d'origine, est un des six membres de la formation de la Rive-Sud.
Dans le milieu, Jean-François Ruel est mieux connu sous le nom de scène Yes Mccan, un clin d'oeil aux présidentielles américaines de 2008 opposant Barack Obama et John McCain et au slogan d'Obama «Yes we can!». Aussi, c'est une «certaine référence» au pianiste américain Les McCann, qui a popularisé les synthétiseurs, instruments que l'on retrouve d'ailleurs à plusieurs occasions dans la trame de leurs chansons.
Mélomane de longue date, Yes Mccan se rappelle avec amusement de bons souvenirs de jeunesse. «Je troquais l'argent donné par mes parents pour mes lunchs contre des albums chez Fréquences le disquaire (maintenant fermé), tellement j'aimais ça!».
Le parcours de l'artiste
«J'ai toujours évolué dans le domaine des arts, raconte le rappeur de 24 ans. Lorsque j'étais au secondaire à l'école Sacré-Coeur (maintenant connue sous le nom de l'école Haute-Ville) et à J.-H.-Leclerc, j'ai fait du théâtre et de l'impro en Option plus. Aussi, j'étais à l'école de théâtre de Martin Gougeon.» Au cégep, à Montréal, sa vie prend un certain tournant, alors qu'il commence à se passionner pour le rap avec des amis qu'il rencontre. Plus tard, les Dead Obies sont formés.
On a notamment pu voir Mccan dans les éditions 8, 10 et 11 des populaires WordUP! , dans le cadre de rap battles ou combat de rap, mais on ne risque pas de le revoir sur cette scène de sitôt. «Il faudrait une très bonne offre, précise-t-il. Je préfère garder le focus sur ma musique, puisque préparer un combat de rap demande beaucoup de temps et de préparation.» Mais un des moments les plus marquants à ce jour pour Mccan s'est déroulé le 24 juin dernier, à l'occasion de l'Autre Saint-Jean, alors que Dead Obies a pu offrir une performance devant une audience de plus de 15 000 personnes.
Des inspirations qui font évoluer
«Mes goûts musicaux ont évolué avec le temps», affirme le rappeur énergique, qui écoute de la musique de tous les genres depuis sa jeunesse. Jay-Z ou Kanye West, entre autres, ont été des inspirations pour Mccan, eux qui «ont créé des avancées dans le rap d'aujourd'hui, en partie grâce à leur album Watch the Throne (paru en 2011) ou leur carrière solo respective.»
Tous les détails dans notre édition de vendredi