Parc national de la Yamaska : apprivoiser l'hiver

Après mon périple aux monts Sutton, j'ai passé une semaine à marcher les pattes écartées comme un cowboy qui vient de terminer le Stampede de Calgary. Malgré tout, l'expérience a eu du bon. Je me suis surpris à souhaiter que l'hiver dure encore une secousse (expression empruntée à mes grands-parents) le temps de m'aventurer sur d'autres sentiers de la région. J'ai remis ça mercredi en m'attaquant au Grand tour au Parc national de la Yamaska.
Ce parcours fait une boucle autour du réservoir Choinière sur 18,4 km et enjambe à mi-chemin la rivière Yamaska-Nord. Un premier coup d'oeil à la carte du parc permet de constater que le sentier est peu accidenté. Rien à voir avec les quelques 400 mètres de dénivelé aux monts Sutton. «Je vous avertis que c'est toute une randonnée», m'avait prévenu la veille le responsable du service de la conservation et l'éducation au Parc, Alain Mochon. L'orgueil sportif flatté par ma première ascension du Round Top, je me dis que je pourrai faire le trajet aisément, suffit de garder le rythme.
J'arrive à la guérite un peu avant 9heures. Il tombe une belle poudreuse. Je me dirige d'un bon pas sur le sentier, me sentant déjà plus en contrôle de mes moyens. Un timide soleil perce les nuages blancs. 
Bien qu'en temps normal il soit réservé aux fondeurs, les conditions météo des derniers jours ont durci la neige des pistes. À moins d'avoir une nouvelle bordée, il est préférable d'y aller en raquette à ce stade-ci de l'hiver. 
Comme je le disais en début de chronique, je me suis surpris à souhaiter que l'hiver dure encore. En fait, la raquette est en train de me réconcilier avec cette saison que je passais plus souvent qu'autrement entre quatre murs. En me promenant en solitaire sur le chemin, mes cinq sens sont aux aguets. La neige craque sous le poids des raquettes. J'ai l'impression de marcher sur une immense tarte à la merengue. Puis, le vent s'engouffre dans les bois et fait s'entrechoquer la cime des arbres. On croirait entendre des joueurs de hockey cogner leur bâton après un but.
Tous les détails dans notre édition de vendredi