Antoine Bertrand se qualifie de grand cinéphile. «Mais surtout, j'ai eu la chance d'avoir des profs qui m'ont ouvert les yeux au cinéma québécois. Sans eux, je serais vraiment passé à côté de quelque chose.»

«Notre défi, c'est de ramener notre public» - Antoine Bertrand, porte-parole des Rendez-vous du cinéma québécois

«C'est difficile de tomber en amour avec une fille si on ne l'a jamais rencontrée. C'est la même chose avec le cinéma québécois: il faut aller voir des films de chez nous pour se rendre compte qu'on produit du bon stock. Notre caractéristique, c'est qu'on fait dans la diversité. Et notre grand défi aujourd'hui, c'est de ramener notre public.»
C'est en ces mots qu'Antoine Bertrand résume la situation actuelle du cinéma québécois. Le comédien est porte-parole du 32e Rendez-vous du cinéma québécois, qui se tiendra du 20 février au 1er mars prochain. La programmation a été dévoilée hier, en conférence de presse.
On pourrait être portés à croire que son rôle de Louis Cyr dans le film du même nom, qui a connu un grand succès au box-office l'an dernier en plus de dérocher une kyrielle de nominations au prochain gala des Jutra, y est pour quelque chose. Eh bien... pas tout à fait.
«Ça fait une couple d'années qu'on essaie de provoquer cette rencontre, explique le Granbyen d'origine. Mais nos horaires ne coïncidaient jamais. Cette année, le timing est bon. Plus que bon, même, parce qu'en plus, j'ai eu la chance d'avoir une pas pire présence au cinéma.»
Tous les détails dans notre édition de jeudi