L'entente a été signée à Pékin avec trois anciens travailleurs qui représentaient plus de 3000 Chinois contraints au travail forcé, a dit Mitsubishi Materials par voie de communiqué.

Mitsubishi Materials dédommagera des esclaves chinois

Le géant japonais Mitsubishi Materials a accepté mercredi de compenser des milliers de Chinois qui ont été contraints au travail forcé pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Mitsubishi Materials et des dizaines d'autres compagnies japonaises ont exploité ces travailleurs pendant le conflit.
L'entente a été signée à Pékin avec trois anciens travailleurs qui représentaient plus de 3000 Chinois contraints au travail forcé, a dit Mitsubishi Materials par voie de communiqué.
Les victimes comptent parmi les quelque 40 000 Chinois qui ont été emmenés au Japon pour pallier à une pénurie de travailleurs domestiques. Plusieurs sont morts de malnutrition et des mauvais traitements infligés par les Japonais.
Mitsubishi Materials a accepté de verser 15 000 $ US à chaque victime ou à leurs descendants. Les victimes avaient été forcées de travailler dans des mines de charbon gérées par Mitsubishi Mining, le nom que portait l'entreprise à ce moment.
Mitsubishi Materials essaiera de retrouver toutes les victimes. Les dédommagements versés par la compagnie pourraient alors totaliser 56 millions $ US.
Excuses
Mitsubishi Materials a également présenté ses excuses aux victimes. La compagnie s'est engagée à ériger des monuments commémoratifs sur le site de ses anciennes mines et à organiser des cérémonies commémoratives.
Différents groupes représentant les victimes et leurs familles avaient poursuivi Mitsubishi Materials pour obtenir une compensation il y a deux ans. Deux autres entreprises japonaises - Kajima et Nishimatsu - ont déjà conclu des ententes similaires avec de plus petits groupes de victimes.