L'invitation

J'ai toujours eu beaucoup de respect pour ceux qui organisent des événements. C'est compliqué, ces affaires-là. Chaque fois que je m'y frotte, je sens que mon coeur vieillit de 10 ans.
Je m'y suis attelé il y a quelques mois avec le 70e anniversaire de mon père. Je me disais: on réserve dans un beau restaurant, on invite les gens, on pense à un cadeau de groupe, on lui chante quelques chansons et hop, le tour est joué. Facile, non? Non.
D'abord, quel restaurant? Ma soeur et moi ne nous entendions pas. Je voulais quelque chose de convivial et sans prétention, genre érablière, et elle penchait plus pour le resto chic où le plat de trois pétoncles revient à 50$. Finalement, on s'est rejoint au milieu, non sans quelques déchirements.
Ensuite, les invitations. Je pensais naïvement qu'internet rendait les communications plus faciles. HA HA HA!
Tous les détails dans notre édition de samedi