L'expéditrice

J'ai reçu une jolie lettre manuscrite, cette semaine. J'en reçois pas souvent, mais ça me fait toujours plaisir. J'aime penser qu'en ces temps de textos et courriels expéditifs, il y a encore quelqu'un, quelque part, qui prend le temps, à l'occasion, pour écrire à quelqu'un d'autre à la main, même si c'est bref.
Un courriel, c'est efficace, c'est sûr, mais... Une lettre, c'est bien plus romantique, non? Et c'est comme un pied de nez au progrès. Quand je reçois autre chose par la poste qu'une satanée facture, je suis heureux. C'est si rare! Une carte postale de temps en temps, ou une carte de Noël. Et parfois, plus rarement, une enveloppe avec une vraie lettre dedans.
Le plus souvent, je les reçois au journal, en lien avec un article ou une chronique. Je les apprécie tout autant. Seul hic, il n'y a que deux types de personnes qui m'envoient encore des lettres: les aînés et les détenus. Les premiers par nostalgie, je présume. Ou parce qu'ils n'ont pas d'ordinateur, comme les deuxièmes. J'ai l'air de me moquer, comme ça, mais au contraire, je vous encourage à continuer.
Tous les détails dans notre édition de samedi