«L'or, c'est le matériau le plus éclatant. Outre toute la symbolique autour, c'est celui qui capte et renvoie le mieux la lumière», affirme l'artiste bromontois d'adoption Stéphane Catalano, qui expose chez Boréart jusqu'au 2 février.

Les oeuvres d'or de Stéphane Catalano

«Des pièces uniques toutes réalisées à la feuille d'or pur 24 carats», est-il écrit en page d'accueil du site internet de Stéphane Catalano, Européen d'origine établi à Bromont depuis un peu plus de deux ans. Il n'en fallait pas plus pour piquer notre curiosité. Qui est donc cet artiste qui utilise un médium aussi luxueux comme moyen d'expression? La Voix de l'Est l'a rencontré chez Boréart, où il présente sa première exposition au Québec, L'univers informé, jusqu'au 2 février.
D'emblée, l'effet est saisissant. Non seulement pour la noblesse du matériau, mais aussi pour les jeux de lumière et les différentes perspectives qu'il nous propose. Pour le grand format des tableaux qui semblent vouloir engouffrer celui qui les regarde. Pour les lignes, les formes géométriques et les motifs psychédéliques qui provoquent illusions d'optique et apparences de mouvement. Pour les forts contrastes entre la profondeur du noir, l'éclat de l'or et la pureté du blanc. Bref, pour le style unique, original et précurseur de l'ensemble de l'oeuvre.
Tomber dedans
Bien entendu, pareil résultat est né d'un parcours singulier. Tout comme Obélix, Stéphane Catalano est tombé dedans très jeune puisqu'il est né à... Versailles. Pas au château à proprement parler, mais presque, puisqu'après une petite enfance à Montréal, il retourne dans son patelin d'origine où il se fait garder par une dame dont le mari est gardien au célèbre monument historique.
«Disons que j'y ai passé pas mal de temps et que j'ai souvent eu accès aux dédales et aux passages secrets de la place», indique l'artiste, qui fut aussitôt séduit par «l'ambiance presque ésotérique» de l'endroit.
Tous les détails dans notre édition de samedi