Steve Green aime passionnément son sport et il est heureux dans un environnement comme celui d'Acton Vale, où les gens partagent son amour pour le baseball.

Les amateurs de balle d'Acton sont chanceux

CHRONIQUE \ Les amateurs de baseball d'Acton Vale sont chanceux : leurs Castors sont compétitifs chaque année, leur stade Léo-Asselin est extraordinaire... et ils voient régulièrement lancer Steve Green.
Le baseball, on prend ça très au sérieux à Acton. Vendredi dernier, ils étaient plus de 700 spectateurs à assister au troisième match de la série finale de la Ligue de baseball majeur du Québec opposant les Castors au Big Bill de Coaticook. Mercredi soir, même en pleine semaine, ils seront encore plusieurs centaines. Et si jamais il y a une septième rencontre, dimanche après-midi, on va carrément refuser du monde !
Acton Vale est clairement la meilleure ville de baseball de la région et une des meilleures au Québec. Les foules sont importantes et les gens connaissent et aiment leur sport. On ne va pas au stade Léo-Asselin pour parler des malheurs du Canadien, on parle de balle et des Castors... avec passion. On se lève quand il y a un beau coup et on demande même des autographes aux héros locaux après les matchs.
Steve Green est débarqué à Acton Vale en 2010 après avoir roulé sa bosse au baseball professionnel pendant une douzaine d'années. En 2001, il a lancé six manches dans l'uniforme des Angels d'Anaheim, devenus de Los Angeles depuis. Personne ne pourra jamais lui enlever le fait qu'il a joué dans le baseball majeur, même si ce n'est qu'un petit match.
Avec un tel CV, on peut trouver étonnant qu'il soit à Acton Vale depuis si longtemps. Mais voilà, s'il est encore là, c'est en raison de la passion des gens d'Acton pour le baseball. Green aime passionnément son sport et il est heureux dans un environnement comme celui-là.
« On a les meilleurs partisans au Québec, a dit Green après que les Castors eurent atteint la finale de la LBMQ, il y a deux semaines. C'est un privilège de jouer ici, devant ces gens-là. Un véritable privilège. »
Et à 39 ans, il est encore dominant, c'est le moins qu'on puisse dire. Saison régulière et séries éliminatoires combinées, il a une fiche de 11 victoires et aucune défaite en 2017. Malgré l'âge, malgré un corps magané, malgré toutes les opérations qu'il a subies.
Assister à un de ses départs représente la garantie d'un bon spectacle. Devant nous, un gars qui a lancé dans le show, qui connaît toutes les subtilités de l'art du pitching et qui mélange avec succès puissance et finesse. Pour les jeunes, c'est une véritable clinique de baseball. Vraiment, c'est beau à regarder.
Mais Green n'est pas parfait. Il a mauvais caractère et ça lui a causé des problèmes par le passé, notamment avec les Capitales de Québec. Certains diront que c'est la raison pour laquelle il n'est pas instructeur à quelque part chez les pros. Possible. Mais j'ai davantage l'impression qu'il est encore à Acton Vale parce qu'il a toujours un plaisir fou à monter sur la butte et que le baseball senior lui permet encore de le faire.
Non, il ne jouera pas éternellement. Mais on va profiter de sa présence jusqu'à la fin. Parce que ça reste un véritable privilège de le voir lancer.