Le whiplash... ou cervicalgie

Les gens pensent que le whiplash arrive seulement après un accident de voiture. Pourtant, cela peut se produire dans d'autres situations.
Le whiplash est l'effet coup de fouet que la tête et le cou subissent lors d'une perte de contrôle en flexion et en extension. Cela peut se produire lors d'un accident de voiture, de moto ou de vélo, mais aussi si quelqu'un fait une chute importante. Le whiplash est le nom anglophone des troubles associés à l'entorse cervicale. Le cou peut aller de l'avant vers l'arrière et revenir vers l'avant ou encore de côté à répétition. Comme lors d'un impact latéral en voiture.
Après un incident où il y a un effet coup de fouet du cou et de la tête, la personne peut subir des douleurs cervicales ou des maux de tête. Les douleurs peuvent apparaître immédiatement après l'impact ou dans les heures qui suivent. Pour certains, ça peut seulement aller au lendemain. Les douleurs cervicales peuvent se manifester dans la région postérieure, mais aussi, parfois, à l'avant du cou. D'autres symptômes peuvent se manifester, comme des étourdissements, des nausées, des douleurs dans les épaules, les bras et entre les omoplates. Une personne peut remarquer une diminution de la mobilité du cou en lien avec la douleur ou des raideurs. 
Ces douleurs peuvent être d'origine musculaire ou articulaire. Des raideurs et des tensions musculaires peuvent en être la cause. Quelques jours après l'accident, les douleurs devraient diminuer, mais une diminution du contrôle musculaire peut faire en sorte que les douleurs peuvent devenir chroniques. Il est important de bouger progressivement. Avec une bonne évaluation, votre physiothérapeute peut déceler une diminution de la force et du contrôle musculaire. Le manque de contrôle musculaire peut être l'origine d'une partie des étourdissements. Il est donc important d'avoir un bon coaching sur la rééducation des muscles du cou. Tant les muscles cervicaux postérieurs qu'antérieurs, mais aussi les muscles qui contrôlent les mouvements latéraux que les rotations de la tête. Il ne faut pas passer à côté, dans certains cas, d'un vertige positionnel paroxystique bénin post-traumatisme. Ce dernier peut donner des étourdissements aux changements de position. 
Il est important de bouger assez rapidement à la suite d'un incident pour éviter l'ankylose. En tant que professionnel de la santé, il faut aussi faire de l'éducation sur l'anatomie et les phases de guérison des tissus musculaires et ligamentaires afin de rassurer la personne en douleur. Des exercices de mobilité et de contrôle musculaire débutés assez rapidement après l'accident, peuvent favoriser le retour aux activités plus rapidement. 
Chez les gens en choc post-traumatique à la suite d'un accident, il a été démontré scientifiquement qu'il y aurait un moins bon pronostic, c'est-à-dire que l'évolution serait malheureusement moins favorable. Il est donc important de désamorcer les symptômes le plus tôt possible afin de diminuer les risques de chronicité. Votre professionnel de la santé sera là pour faire une bonne évaluation et planifier le traitement optimal pour vous permettre de redevenir actif et de reprendre vos activités préférées, ainsi que votre travail.