Environ 1600 personnes ont profité du Festival des bières de Waterloo, qui en était à sa deuxième année.

Le nectar a coulé à flots au Festival des bières de Waterloo

Le Festival des bières de Waterloo n'a rien à envier aux événements similaires organisés dans des municipalités de même taille. L'événement tenu samedi pour une deuxième année a largement dépassé les attentes des brasseurs.
Le nectar doré coulait à flots au Festival des bières de Waterloo.
Une heure avant la fermeture, Moulin 7 n'avait plus que deux bières à offrir, les autres ayant été bues rapidement. L'entreprise d'Asbestos, qui a remporté pour la deuxième fois la bannière de la meilleure microbrasserie du festival, avait pourtant apporté deux fois plus de bières qu'en 2016.
Les pompes étaient ouvertes depuis seulement trois heures au parc du Centenaire que déjà, le nombre de festivaliers de 2016 avait été atteint, estime le coorganisateur, Alexandre St-Martin. La journée s'est terminée cinq heures plus tard et l'achalandage n'a pas dérougi.
Environ 1600 personnes ont profité de l'événement, comparativement à 1000 l'an dernier.
« J'habite ici et je viens parce que c'est mon patelin, mais je ne m'attendais pas à ça, confie entre deux clients le Sheffordois Francis Laporte, de la brasserie et distillerie Oshlag, basée à Montréal. Je suis surpris ! » Son kiosque offrait tout un arsenal de bières de différentes marques puisque la microbrasserie est en fait une brasserie collective. Plusieurs viennent ainsi y brasser leur nectar.
« On ne sait jamais comment, dans les petites villes, les gens vont se déplacer, souligne à son tour Stéphanie Ledoux, des Brasseurs du monde. Il y a du soleil et les gens ont le goût de sortir prendre un verre. »
Trèfle noir, de Rouyn Noranda, était sur place pour la première fois. Le calendrier de la microbrasserie était trop plein, l'an dernier, pour répondre à l'invitation. « Cette année, on a misé sur de plus petites places où on n'était pas vraiment présents en bouteille, explique David Beaudin. La réaction aux bières est très bonne. On a amené des bières de niche de chez nous. »
Mais il n'y avait pas que le nectar doré sur place. Du vin, du cidre, mais aussi du kombucha étaient à déguster. « Il y a une bonne réponse, les gens sont curieux et très intéressés à goûter », affirme Caroline Ouellette, copropriétaire de l'Effet-mère avec Michel Phaneuf­. L'Effet-mère produit du kombucha de plusieurs saveurs. Le fait que cette boisson non alcoolisée soit faite à partir d'un champignon était loin de rebuter les festivaliers, assure-t-elle.
Le Festival des bières de Waterloo offrait une nouveauté cette année, à travers plusieurs ajouts ici et là. « On a nos verres qu'on vend et les gens peuvent faire un remplissage pour 1 $ sous le pavillon où on a trois bières, explique Alexandre Saint-Martin, l'organisateur. C'est comme si on avait trois commerçants de plus. »
L'entrée était gratuite et les festivaliers transigeaient directement avec les commerçants. « C'est une formule gagnante. Tous nos événements qu'on fait sont gratuits à l'entrée, note Alexandre St-Martin. On pense que ça attire plus de monde. Ça leur permet de plus dépenser dans les kiosques, c'est la même chose pour le festival de musique Underground », organisé par la compagnie d'événements Fancy Goat, fondée par Félix Lefrançois et M. St-Martin.