Luc Langevin ne se lasse pas de jouer des tours. Il ne berne pas les gens, il les émerveille, tient-il à préciser.

Le monde merveilleux de Luc Langevin

Avec Réellement sur scène, Luc Langevin a fait la preuve que sa magie était aussi impressionnante en personne qu'à la télévision. Depuis 2013, l'illusionniste chouchou du Québec l'a présenté plus de 200 fois partout en province, mystifiant au passage plus de 142 000 spectateurs. Et les gens en redemandent, car demain soir, il sera en supplémentaire au Palace de Granby.
«La tournée québécoise se termine le 29 décembre. On n'avait pas besoin de faire autant de représentations. Disons que c'est un grand succès», admet celui qui a déjà déclaré qu'il rêvait de ce spectacle depuis l'âge de 16 ans.
À ceux qui n'ont pas encore goûté à sa fantaisie, Luc Langevin promet un rendez-vous à mille lieues du traditionnel spectacle de magie. Le coup du lapin dans le chapeau et la jolie assistante, très peu pour lui. «Les numéros sont très différents de ce qu'on est habitués de voir. Il y a un seul tour de cartes... sans carte! C'est moderne avec des projections vidéos et des illusions inédites. Il y a un fil conducteur avec une histoire où je me révèle un peu», annonce-t-il, en promettant une finale à grand déploiement.
L'interaction avec le public est omniprésente, tant pour les numéros de micromagie que pour les grandes illusions. Les gens sont invités à participer sur la scène, mais également dans la salle, dit-il.
Son public est tellement large - de 6 à 90 ans, selon lui - qu'il doit s'assurer de cibler tout le monde, même si ça complique un peu les choses. «Dans le spectacle, j'ai d'ailleurs un numéro dédié aux enfants.»
L'émerveillement
Luc Langevin ne se lasse pas de jouer des tours. Il ne berne pas les gens, il les émerveille, tient-il à préciser. «C'est ce qui me fait vibrer. J'aime leur faire vivre cette émotion-là, qui fait tellement de bien. C'est ma vocation.»
Il ne regrette aucunement la carrière scientifique à laquelle il se destinait, car le show-business lui sied à ravir. «J'utilise la science, mais la magie m'offre plus que le métier de scientifique. J'aime apporter quelque chose aux autres, à la société. Les artistes ont quelque chose d'unique, d'irremplaçable. Je le suis devenu et c'est très gratifiant.»
Depuis ses débuts en 2009, Luc Langevin a bâti sa renommée de magicien/illusionniste/mentaliste un tour à la fois. Un succès qu'il attribue à sa signature distinctive. «Il y a beaucoup de science dans mes numéros. Et ma meilleure alliée, c'est mon empathie envers les gens. Même si, pour moi, tout est évident, je suis capable de me mettre dans leur peau et de comprendre leur émotion.»
Aujourd'hui, l'illusionniste est entouré de toute une équipe, dont il est le chef d'orchestre. Pour la création de ses numéros, par exemple, il travaille souvent en collaboration avec les magiciens Stéphane Bourgouin et Mathieu Bich.
Invité à identifier le tour dont il est le plus fier, Luc Langevin mentionne une illusion réalisée lors de l'émission Aux limites de l'illusion à Ici Radio-Canada Télé. Le magicien avait alors rajeuni «en direct» sous le regard ébahi de Jean-Michel Anctil, Paul Houde, Brigitte Boisjoli et Myriam Leblanc. «C'est le tour dont on me parle le plus souvent», dit-il.
Quand on lui fait remarquer que l'invention de nouveaux tours de magie et d'illusions doit avoir ses limites, il s'oppose gentiment: «Je ne pense pas. Il y a 26 lettres dans l'alphabet et pourtant, c'est infini le nombre d'histoires qu'on peut raconter!»
Et même un professionnel peut rater un numéro? «Je peux compter les fois sur les doigts d'une main. C'est très rare, car je pratique énormément.» Et même si les choses dérapent un peu, il y a toujours moyen de récupérer un numéro sans que le public en ait vraiment connaissance, confie-t-il.
La France
L'année 2016 s'annonce d'ailleurs prometteuse pour Luc Langevin et sa bande. En février, il ira à la rencontre des Français en installant son spectacle au Casino de Paris durant deux semaines, tous les jours. Si le décor de Réellement sur scène sera le même, le titre deviendra Langevin, créateur d'illusions. «On a mis mon nom, car je ne suis pas très connu là-bas. Je vais faire les mêmes tours dans le même ordre, mais le discours changera un peu. On va l'adapter.»
Une tournée de deux mois l'attend ensuite en France, sans compter les supplémentaires, espère-t-il.