Le résultat final sera projeté du 20 février au 21 mars sur l'immense dôme - la Satosphère - de la SAT, donc sur 360 degrés. «Le spectateur se retrouve complètement immergé dans le spectacle, au coeur de l'Orchestre, plutôt que de le regarder sur un écran plat», illustre Pascal Pelletier.

Le mégaprojet multimédia d'un Césairois avec l'OSM

Ça fait une quinzaine d'années que Pascal Pelletier oeuvre dans le domaine du multimédia. Mais dans trois semaines, il dévoilera au grand public sa plus importante création jusqu'à présent: le projet d'immersion visuelle et musicale Harmonielehre, présenté à la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT), et auquel a collaboré l'OSM.
Pas simple d'expliquer en détail les grandes lignes du projet. Mais allons-y quand même.
Harmonielehre, c'est une pièce écrite en 1985 par le compositeur américain John Coolidge Adams. L'idée de Pascal Pelletier, c'était de filmer l'Orchestre symphonique de Montréal en pleine interprétation de cette oeuvre sous la direction de Kent Nagano et d'en faire un spectacle multimédia «en y ajoutant du visuel 2D et 3D inspiré du rêve qui a inspiré John Adams pour cette pièce-là», explique le Césairois d'origine.
La performance musicale a été filmée l'automne dernier à la Maison symphonique - une réalisation du Sherbrookois Michel D.T. Lam -, et l'équipe est depuis en post-production. Le résultat final sera projeté du 20 février au 21 mars sur l'immense dôme de la SAT - la Satosphère -, donc sur 360 degrés. «Le spectateur se retrouve complètement immergé dans le spectacle, au coeur de l'Orchestre, plutôt que de le regarder sur un écran plat», illustre l'instigateur du projet et producteur, refusant de dévoiler le budget de sa création.
Tous les détails dans notre édition de mercredi