Gilles Julien reçoit sa jeune clientèle dans la cuisine d'une maison, rue Logan, et les visites se passent sans formalité.

Le docteur Julien soigne le corps, mais l'âme aussi

Il y a 25 ans, le pédiatre Gilles Julien a souhaité exercer son métier autrement dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve de Montréal.
Depuis, comme des ronds dans l'eau, l'idée se répercute jusqu'à Gatineau, Lévis... De plus en plus, des centres de pédiatrie sociale s'organisent pour venir en aide aux enfants et parents en difficulté.
Le bon docteur ne voulait surtout pas soigner selon les normes de ses confrères établis dans les cliniques et hôpitaux. Il reçoit sa jeune clientèle dans la cuisine d'une maison, rue Logan, et les visites se passent sans formalité. Tout est mis de l'avant pour répondre aux besoins pressants des petits. Pas question de faire partie d'une liste d'attente.
Psychoéducateurs, travailleurs sociaux, ergothérapeutes, orthophonistes, une impressionnante équipe entoure le docteur, qui constitue l'âme de la maison. Ce lieu consiste en un repaire pour jeunes, parfois même un refuge, où ils sont assurés de trouver de l'aide, du secours ou de l'amitié, selon les attentes. Mais pas besoin d'être mal en point pour y faire un saut.
L'oeuvre est gigantesque. Sous la bannière de la Fondation Dr Julien, des centres semblables voient le jour ailleurs au Québec dont celui de Lévis, dirigé par Maude Julien, fille du fondateur et infirmière de formation.
Pour répondre adéquatement aux enfants en grande vulnérabilité, une campagne de financement annuelle, souvent soutenue par plusieurs artistes, sollicite la collaboration de tous, et après avoir vu les deux émissions de «1001 Vies / Sur les traces du docteur Julien», les vendredis 11 et 18 décembre, 21h, à Radio-Canada, on ne peut qu'être tenté de faire notre part.