Salomon Ménard a récemment fait un stage d'observation dans les studios de MétéoMédia. On le voit ici en compagnie de Réjean Ouimet.

Le conteur du temps

Salomon Ménard aime parler de la pluie et du beau temps, mais dans le sens noble du terme. Pour lui, causer météo n'a absolument rien de banal. Au contraire : la météorologie, il veut en faire son métier. Un récent stage d'observation dans les studios de MétéoMédia est d'ailleurs venu cristalliser son choix. Son but, il a la ferme intention de l'atteindre, et ce, contre vents et marées.
Sa passion pour la météo, Salomon la doit aux fleurs, aux forêts et à la mer. Amoureux de la nature, c'est à force d'en observer les merveilles qu'il a développé son intérêt pour la météo. L'un ne va pas sans l'autre.
« Je me suis mis à regarder les radars et à m'intéresser aux phénomènes météorologiques violents, raconte-t-il avec enthousiasme. Je sais que, par exemple, une tornade c'est destructeur, mais je trouve ça beau à voir. C'est impressionnant. »
Malgré tout, Salomon n'entend pas devenir chasseur de tornades pour autant. La météo, il veut l'expliquer, la vulgariser. Quand il en parle, on a l'impression de se faire raconter une histoire tellement il rend la chose intéressante. « J'ai un intérêt pour les sciences, explique-t-il. J'aime savoir comment les choses fonctionnent. Je m'intéresse à plus que ce qu'il fait (comme température). Je veux connaître les raisons à l'origine des phénomènes. Leurs causes. »
Dans le vif de l'action
Histoire de savoir si le métier de météorologue lui est destiné, Salomon s'est rendu chez MétéoMédia il y a quelques semaines. Là-bas, il a rencontré les présentateurs Réjean Ouimet et Patrick de Bellefleur, puis le météorologue André Plante. « Quand je suis arrivé là, juste dans le stationnement, de voir tous les satellites, je me suis dit : 'c'est le jackpot ! ' », raconte Salomon, des étoiles dans les yeux.
L'ouverture des gens qui l'ont accueilli, l'ambiance qui régnait dans le studio et le fait de pouvoir vivre le métier de présentateur entouré d'un écran vert (green screen) et de moniteurs l'ont convaincu qu'il se dirigeait dans la bonne voie.
Dès l'an prochain, il amorcera ses études en sciences pures au Cégep de Granby pour ensuite poursuivre au baccalauréat et à la maîtrise à l'université. « J'aime bien faire les choses », tranche le jeune homme de 16 ans pour qui les études sont sacrées.
Même s'il est très studieux, Salomon entend se rendre jusqu'à l'obtention de son diplôme en alimentant ses autres passions qui sont l'horticulture, le golf et la pêche.
Comme chaque matin Salomon observe ses radars et étudie la météo, Le Plus lui a demandé qu'elles étaient ses prédictions pour l'hiver qui s'en vient.
« Ça va être neigeux. Il y aura beaucoup de neige, oui, mais je ne pense pas que ça aille vraiment plus bas que les normales de saison, a-t-il dit. Ça ne sera pas arctique. »
Ses futurs collègues ont pourtant annoncé un hiver rude et froid...
« Je peux me tromper ! , a-t-il ajouté, sourire en coin. La nature peut nous surprendre parfois. Elle est vraiment au-dessus de tout ! »