L'auteure Joannie Daigneault.

La Renaissance à l'ère du numérique

Le seul anachronisme dans le premier roman historique de Joannie Daigneault, La princesse de Saxe, c'est son côté web. En effet, la jeune auteure, aussi professeure d'histoire et de sciences politiques au cégep de Granby, s'est tournée vers les canaux de distribution numériques et les réseaux sociaux pour publier et promouvoir son ouvrage de 500 pages campé en pleine Renaissance. Et celui-ci connaît un succès appréciable.
«Je n'ai pas les chiffres exacts, mais j'en ai vendu plusieurs centaines. La moyenne en auto-édition web, c'est entre 100 et 150 normalement. Pour quelqu'un qui n'avait aucun contact dans le monde de l'édition et de la littérature, je trouve ça encourageant», indique Joannie Daigneault au bout du fil.
C'est d'autant plus appréciable quand on sait que la jeune femme de 29 ans a publié son livre il y a à peine deux mois, à la mi-décembre. D'abord en version numérique, sur Kindle/iPad, puis en version papier, au début janvier. «Je m'étais rendu compte que beaucoup de gens sont quand même encore attachés à la version papier...», explique la romancière.
Tous les détails dans notre édition de mercredi