Les Alouettes de Montréal: au coeur d'un processus de reconstruction.

La page du Kid

Les Alouettes en transition
Au moment où vous lirez ces lignes, les Alouettes de Montréal auront déjà joué leur première partie de la saison 2017, ayant affronté les Roughriders de la Saskatchewan jeudi soir.
J'ai d'ailleurs assisté à ce match - merci à un de mes vieux compagnons de route, Charles Rooke, maintenant directeur des communications chez les « Oiseaux » - et bien juché sur la passerelle du stade Percival-Molson, le temps était propice à la rédaction de mes traditionnelles prédictions :
DIVISION EST
1. Hamilton
En 2016, les Tiger-Cats n'ont pu se faire justice étant privés de leur général en offensive, le quart Zach Collaros pendant la majeure partie de la campagne. Mais le retour en force de celui-ci cette année, jumelé aux brillantes décisions de leur instructeur-chef et gérant Kent Austin et à la progression entre autres des receveurs Luke Tasker et Terrence Tolliver tendent à me faire croire qu'ils seront couronnés champions dans l'Est. 
2. Ottawa
Après les avoir vus gagner la Coupe Grey la saison dernière devant la puissante machine des Stampeders de Calgary, je serais très surpris de voir le Rouge et Noir répéter cet exploit en 2017.
Pourquoi ? Parce qu'il est très rare qu'une formation puisse remporter le précieux trophée avec une fiche de seulement 8 victoires en saison régulière. De plus, cette année, vous devez ajouter à cela les lourdes pertes de leur leader, le quart Henry Burris (retraite) et de deux receveurs ayant cumulé plus de 1000 verges chacun en Chris Williams (Colombie-Britannique) et Ernest Jackson (Montréal). Une fois ce constat effectué, il ne fait donc aucun doute dans mon esprit que la troupe de Rick Campbell terminera au mieux deuxième, derrière Hamilton. 
3. Toronto
Nous assistons à un tout nouveau départ à Toronto avec l'arrivée de Jim Popp (DG) et de Mark Trestman (instructeur-chef), tous deux anciennement des Alouettes. 
D'ailleurs, dès que j'ai entendu la nouvelle à l'effet que Trestman allait effectuer un retour dans la LCF, je n'ai pu faire autrement qu'esquisser un large sourire, sachant fort bien que celui qui avait développé à Montréal une excellente complicité avec son quart Anthony Calvillo et qui l'avait élevé au rang de superstar, fera assurément de même avec le vétéran Ricky Ray. 
Toutefois, on est encore loin de la coupe aux lèvres dans la Ville-Reine, car les Argos devront avant tout se débarrasser d'un bon nombre de vétérans surestimés tout en portant une attention particulière au développement de leurs jeunes joueurs.
4. Montréal
À Montréal, c'est également le début d'une nouvelle ère, celle du tandem Kavis Reed (DG) et Jacques Chapdelaine (instructeur-chef). Après deux saisons de misère, le temps est venu de faire table rase et de reconstruire sur de nouvelles bases.
Rome ne s'étant pas bâtie en un seul jour, il faudra leur laisser le temps de mettre sur le terrain une équipe compétitive, digne de celles que nous avons connues dans un passé pas si lointain.
Et en ce sens, les récentes acquisitions de Darian Durant (quart) et d'Ernest Jackson, deux vétérans avec des attitudes exemplaires, pourraient aider à accélérer le processus de reconstruction. 
DIVISION OUEST
1. Calgary
Ne possédant aucun point faible, je me risque même à dire que les Stampeders, menés par le talentueux Bo Levi Mitchell au poste de quart, vont ramener la Coupe Grey à la maison, point final !
2. Colombie-Britannique
À mon humble avis, les Lions formaient assurément la formation la plus spectaculaire du circuit en 2016, notamment en raison des performances du jeune quart Jonathon Jennings (retenez bien ce nom, Jonathon... avec un o !) et du receveur Emmanuel Arceneaux. 
Alors imaginez ce qu'ils offriront en 2017 si en plus ils viennent d'ajouter à leur alignement ce marchand de vitesse qu'est Chris Williams... 
Les parties à Vancouver étant généralement présentées les vendredis en fin de soirée, chérie, prépare-toi, la télé va s'éteindre assez tard dans la chambre à coucher ! ! !
Seule ombre au tableau : la perte du robuste Adam BigHill (Nouvelle-Orléans dans la NFL) en défensive.
3. Edmonton
Pour les Eskimos, perdre le receveur Derel Walker (Tampa Bay dans la NFL), c'est comme si le Canadien devait dorénavant se passer des services de Max Pacioretty. Un vide, un énorme vide... 
On aura beau vouloir remplacer sa production par celle provenant d'un « comité » de receveurs, la plaie restera béante...
4. Winnipeg
Depuis que Kyle Walters est devenu le DG des Bombers, l'espoir de pouvoir triompher un jour semble être revenu à Winnipeg. Malgré cela, je ne peux faire mieux que de leur concéder le 4e rang de leur division puisque les trois premières formations regorgent de talent ! 
Toutefois, si les Bombers parvenaient à améliorer leur défensive (ils ont concédé le plus grand nombre de verges, et ce, au sein de toute la ligue, l'année dernière), Winnipeg pourrait constituer l'équipe « Cendrillon » de 2017.
5. Saskatchewan
S'apprêtant à évoluer dans un tout nouveau stade qui lui devrait ouvrir ses portes dans une semaine exactement, il faudra cependant attendre une autre saison avant que les Roughriders puissent enfin voir la lumière au bout du tunnel.
Cependant, ils seront jeunes, rapides et menés par mon favori, le DG et instructeur-chef Chris Jones, qui lentement, mais sûrement, est en train de se former une belle équipe. La preuve, regardez bien les performances du jeune receveur Naaman Roosevelt cette saison...
Bonne retraite à Léo Arel, un « papy » fantastique !
On en jase autour d'un bon cigare
Tout d'abord, je m'en voudrais de ne pas souhaiter une bonne retraite à un « homme de famille » fantastique, le valeureux Léo Arel, qui va accrocher dimanche son tablier, après plus d'une trentaine d'années dans le domaine de la restauration, dont les neuf dernières passées à besogner pour le restaurant « Au Coq - Benny » d'Ange-Gardien. 
Je connais un petit bonhomme qui va certainement être content de pouvoir compter sur son « papy » à temps plein ! 
*****
En passant, quelqu'un va s'ennuyer d'Alexei Emelin avec le Canadien ? Un 5e - 6e défenseur payé plus de 4 millions de dollars par année...
*****
Deux autres membres se sont joints récemment à mon « Club des As », soit après avoir réussi un trou d'un coup, et ce, malgré le printemps désastreux que nous avons connu côté température.
Premièrement, Mme Lucie Bellefleur a réussi le premier de l'année dans la région le 17 mai dernier alors qu'elle franchissait les 95 verges du trou no 3 du « Miner » avec un fer 7. Puis, trois semaines plus tard, l'ami Claude Beauchemin faisait de même sur le trou no 3, cette fois du parcours Yamaska du Granby St-Paul, également avec un fer 7, mais sur une distance de 135 verges. 
Félicitations donc à ces deux golfeurs !
Un peu d'humour
Comme vous le savez, le bureau de poste sera fermé lundi. Cela signifie que nous n'aurons pas notre courrier de mercredi dernier avant vendredi prochain !