Éric Bouchard : si Montréal a son « Butch », nous aussi nous avons le nôtre et nous sommes très heureux de le côtoyer!

La page du Kid

Le mondial junior , une autre belle expérience pour Éric Bouchard
Si la ville de Montréal avait son « Butch Bouchard » en la personne d'Émile Bouchard, l'ex-défenseur et capitaine des Canadiens, à Granby, nous avons aussi le nôtre avec notre Éric Bouchard, cet homme sympathique connu de tous en raison de son implication dans bon nombre d'organisations.
D'ailleurs, je me souviens de notre première rencontre comme si c'était hier. Avant de me le présenter, mon bon ami Yannick Savoie y était allé de la remarque suivante : « Butch, c'est un gars dans ton genre. C'est un tripeux de hockey comme nous autres et c'est une bonne tête. Tu vas l'aimer, c'est certain ! »
Et fidèle à son habitude, Yannick avait vu juste, car à chaque fois que nous avons l'occasion de nous parler Éric et moi, non seulement avons-nous beaucoup d'agrément à le faire, mais nous nous faisons aussi le plaisir mutuel de nous remémorer un grand nombre d'anecdotes concernant des personnes que nous connaissons tous les deux.
Ainsi, lorsqu'à mon retour de vacances il m'apprenait qu'il venait de participer au dernier Championnat mondial de hockey junior en tant que membre du comité organisateur, l'occasion était trop belle : je me devais de vous en faire part.
« D'autant que je me souvienne, j'ai toujours aimé être impliqué dans toutes sortes d'événements. Comme bien des jeunes, j'ai commencé en tant que "parrain" au Tournoi pee-wee-bantam de Granby et je n'ai jamais arrêté mon implication depuis. Lorsque Normand Côté est devenu le président du Tournoi bantam et qu'il m'a demandé mon aide, je lui ai mentionné que si nous voulions assurer la pérennité de l'événement, nous nous devions d'y présenter la classe AAA tout en amenant des équipes de l'extérieur du pays. Pour ce faire, nous nous sommes déplacés afin d'aller rencontrer les dirigeants du Tournoi pee-wee de Québec, qui eux nous ont donné un précieux coup de main. J'en étais donc à mes premiers contacts avec le hockey international et j'y ai attrapé la piqûre », de mentionner d'entrée de jeu l'homme dans la mi-quarantaine. 
« Alors, aussitôt que je fus mis au courant que le Championnat mondial allait s'arrêter une fois de plus à Montréal, je n'ai fait ni une ni deux : j'ai immédiatement sauté sur l'occasion et je ne l'ai jamais regretté puisque l'expérience fut réellement fantastique ! »
« Étant donné que mon rôle était de superviser tout ce qui concernait l'affichage dans le Centre Bell en plus de m'occuper de la salle de presse - la salle Jacques-Beauchamp -, on m'a donné un laissez-passer qui me donnait accès à pas mal de choses telles que les vestiaires, la galerie de presse, etc. J'en ai donc profité pour me faire une multitude de contacts tout en étant très près de l'action. »
« Mais ce que je retiens avant tout, c'est que j'ai pu y voir et côtoyer les vedettes de demain. Et juste pour ça, le jeu en valait la chandelle... », de conclure celui qui rêve un jour de voir la ville de Québec accueillir les Jeux olympiques... 
Gentil comme il est, c'est le moins que l'on puisse souhaiter à celui qui n'a jamais compté les heures en vue de s'impliquer pour nos jeunes...
Le Black Diamond Ranch Golf Club : sommes-nous en train de rêver?
Les jeunes Maxym Bolduc et Claude-Olivier Lisé-Coderre ont obtenu beaucoup de succès lors des dernières qualifications pour les Jeux du Québec en plongeon. Félicitations à ces deux athlètes...
On en jase autour d'un bon cigare
Je vous avais promis la semaine dernière de vous parler d'un parcours de golf qui valait le détour sur la côte ouest de la Floride. C'est donc avec plaisir que je vous présente cette semaine des échos de ma visite au Black Diamond Ranch Golf Club (BDRGC), ayant pignon sur rue à Lecanto. 
Situé à moins de 75 minutes du centre-ville de Tampa, le BDRGC est un superbe complexe de 45 trous comptant, il va sans dire, deux solides parcours de 18 trous (le Quarry et le Ranch) à normale 72 ainsi qu'un neuf trous (le Highlands) à normale 36.
Ma visite s'est donc effectuée en deux temps étant donné que j'ai premièrement foulé le Quarry. Et quatre jours plus tard, je faisais de même avec le Ranch. Et en ce qui me concerne, peu importe sur lequel vous déciderez de mettre les pieds, vous ne pourrez vous tromper, car j'ai beau avoir pris le départ à une centaine de clubs différents lors des trente dernières années, aucun d'entre eux n'arrive à la cheville du Black Diamond Ranch. 
Un staff incroyable, un décor féérique, des conditions de jeu sensationnelles... bref, un parcours d'exception ! Exceptionnel, à un point tel que lorsque mon partenaire et moi sommes arrivés sur les trous 13 à 17 du « Quarry » - qui soit dit en passant sont tous des trous « signatures » -, nous nous sommes demandé si nous ne faisions pas partie d'une carte postale, nous qui étions littéralement ébahis par tant de beauté !
Par contre, vous l'aurez sans doute deviné, les rondes ne sont pas accessibles à toutes les bourses, car il en coûte environ 150 dollars pour y jouer un « 18 trous ». Et advenant votre souhait d'en devenir l'un des membres, vous devrez débourser quelque 25 000 $ uniquement en frais d'adhésion. 
Toutefois, à mon humble avis, vous devez ABSOLUMENT jouer ce parcours au moins une fois dans votre vie. Pour ce faire, vous pouvez contacter le sympathique directeur général Mark Codianna au mcodianna@blackdiamondranch.com.
....................
L'été dernier, lors de ma toute première ronde de golf en compagnie du vénérable Claude Beauchemin, j'ai rencontré un homme calme, charmant, respectueux, réfléchi. Bref, un être charismatique dont bien des jeunes de ma génération pourraient tirer bon nombre de leçons de vie. 
D'ailleurs, la semaine dernière, j'ai été très heureux d'apprendre que je ne suis pas le seul à avoir constaté la pertinence dans le discours de ce grand sportif de Granby. Car même l'analyste politique Mario Dumont en a fait l'éloge en pleine télévision nationale suite au commentaire effectué par l'ami Claude dans un vox pop lors du passage du premier ministre Justin Trudeau à la cantine Chez Ben. 
Décidément, il y a des gens d'une très grande qualité dans notre région et Claude Beauchemin fait partie de ce groupe... 
....................
Il y a quelques mois, je vous avais vanté les mérites des jeunes Marilyn Bolduc et Charl-Robèr Lisé-Coderre, qui connaissaient du succès dans leurs disciplines respectives que sont le plongeon et le ski alpin. 
Hey bien sachez qu'ils ne sont pas les seuls de leur famille puisque la cadette des Bolduc, Maxym, ainsi que le frangin de Charl-Robèr, Claude-Olivier, se sont aussi distingués récemment lors des qualifications en plongeon en vue des prochains Jeux du Québec.
Si Maxym fut très satisfaite de sa médaille d'or et de sa médaille d'argent, Claude-Olivier est pour sa part revenu à la maison avec deux médailles d'or accrochées à son cou. Bravo !