S'établir à Saint-Paul-d'Abbotsford était une décision toute naturelle pour les trois copropriétaires de la compagnie Fabrique des Pure Laine, Valérie Dubois, sa mère Hélène Martin et le conjoint de celle-ci, Yvan Delage.

La Fabrique des Pure Laine s'établit à Saint-Paul-d'Abbotsford

La Fabrique des Pure Laine, dont les artisans sont originaires de Saint-Paul-d'Abbotsford et région, renoue avec ses racines. Ce samedi, l'entreprise charlevoisienne ouvrira son troisième et plus grand atelier-boutique - le premier en Montérégie - dans la rue Principale.
Tous les membres de l'équipe, ils sont une douzaine en tout, contribuent à fabriquer les tuques, foulards, mitaines, bas et autres articles disponibles en boutique.
Une décision toute naturelle pour les trois copropriétaires de la compagnie, Valérie Dubois, qui demeure à Saint-Pie, sa mère Hélène Martin et le conjoint de celle-ci, le Granbyen d'origine Yvan Delage, qui ont laissé tomber la mention « Charlevoix » du nom de leur nouveau lieu de travail. 
Depuis février, le trio loue l'entrepôt du pomiculteur André Ménard. L'endroit, en réaménagement complet depuis, sera assez grand pour abriter une boutique des plus chaleureuses, un atelier de fabrication, mais aussi toute la laine nécessaire à la production de l'entreprise, qui possède deux ateliers-boutiques à Baie St-Paul et au quartier Petit-Champlain de Québec, en plus de distribuer ses produits dans près d'une dizaine de points de vente dans les régions de Québec et de Charlevoix. 
« Dire qu'on a commencé très petit, dans notre cuisine d'été, il y a sept ans, se remémore Mme Martin, spécifiant que le couple possède encore sa résidence de Sainte-Irénée, dans Charlevoix. On est allés d'un point de vente à un autre. »
La migration en Montérégie permet à l'entreprise familiale de se rapprocher de certains de ses producteurs de laine, des éleveurs de moutons de Racine et de Saint-Nazaire-d'Acton, entre autres.
Appartenance
Les autres ateliers-boutique continueront de fonctionner sous la gouverne des employés qui s'y trouvent. Après tout, tous les membres de l'équipe - ils sont une douzaine en tout - contribuent à fabriquer les tuques, foulards, mitaines, bas et autres articles disponibles en boutique. Quelques postes seront d'ailleurs à pourvoir au début du mois de juin, a-t-on fait savoir.
« Ça permet de développer un certain sentiment d'appartenance, souligne Mme Martin. Nos employés savent comment sont faits nos produits et ils peuvent l'expliquer à la clientèle, qui démontre beaucoup de curiosité. »
Ce nouveau nid pourrait d'ailleurs, un jour, être le théâtre d'un économusée de la laine, un projet que caressaient Mme Martin et M. Delage avant même de se lancer en affaires. « L'idée est en veilleuse, mais on a tout ce qu'il faut, indique la dame. Ce pourrait être notre dernier gros projet ! »