La douleur et le sommeil

L'oeuf ou la poule ?Voilà la question qu'une personne ayant des douleurs chroniques se pose.
Avoir des douleurs, courtes ou très longtemps, peut avoir un impact direct sur la qualité du sommeil. Les nuits étant perturbées par plusieurs réveils ou par de la difficulté à s'endormir font en sorte que vous êtes fatigués le matin. Un petit somme en après-midi s'impose ! 
Cette pause, qui dure de quelques minutes à deux heures, peut vous remettre sur pied pour la soirée. 
Pourquoi la douleur perturbe le sommeil ? 
Quand nous dormons, une barrière s'installe entre les informations venant du corps physique (les perceptions auditives et physiques) pour permettre un sommeil récupérateur. Cette barrière se situe dans une partie du cerveau qu'on appelle le thalamus. La douleur prolongée ou importante étant un mécanisme de défense du corps comme un système d'alarme, réussit toutefois à franchir cette barrière durant le sommeil. 
Le fait de manquer de sommeil a également un impact sur la perception de la douleur, donc sur l'intensité de celle-ci. Vous pouvez être impatient, irritable, par exemple face au bruit, ou vous sentir fatigué toute la journée. Des études scientifiques ont démontré que le manque de sommeil augmentait la perception douloureuse chez les personnes sans problématiques douloureuses. Donc, il existe un lien direct entre le nombre d'heures dormies, la qualité du sommeil et la perception douloureuse. Un cercle vicieux s'installe alors : la douleur dérange le sommeil et le manque de sommeil augmente la perception de la douleur. 
Quoi faire alors ? 
Plusieurs clients ayant des douleurs chroniques font des repos d'après-midi. Cela les empêche toutefois de s'endormir le soir et, au final, ils ne dorment pas bien la nuit. Souvent, ils prennent beaucoup de café dans la journée pour se garder éveillés. Le café consommé trop tard en après-midi ou en soirée peut aussi avoir un impact sur le sommeil. 
Voici différentes alternatives pour améliorer la qualité du sommeil :
Réduire la consommation de caféine (café, thé avec caféine) en après-midi et en soirée.
Éviter les repas trop copieux au souper.
Essayer d'aller prendre l'air dans la journée. Prendre une marche ou faire une activité physique, selon votre tolérance. 
Diminuer l'intensité de l'éclairage dans la maison avant l'heure du dodo. Préparer votre chambre avec une lumière tamisée afin de créer une ambiance réconfortante et reposante. 
Éviter de regarder la télévision dans votre lit. Le lit est fait pour dormir. 
Tenter d'établir une « routine du sommeil », comme prendre un bain chaud, enfiler votre pyjama, lire un bon livre ou faire une activité relaxante. Éviter de faire des sports intenses trop tard en soirée. 
Si vous vous réveillez la nuit, levez-vous lorsque ça fait plus de 30 minutes que vous ne dormez pas. Vous pouvez aller lire au salon avec une petite lampe de lecture pour ne pas trop vous stimuler. Lorsque vous ressentez le sommeil vous prendre, retournez dans votre lit. 
Le but est, vous l'aurez deviné, de tomber dans les bras de Morphée la nuit et redevenir actif le jour !