Le député Pierre Breton a pu essayer un des appareils de la compagnie au terme de la conférence de presse, le tout supervisé par Lukas Dufault, président de KINESIQ.

KINESIQ sur une belle lancée

2017 sera une année charnière pour KINESIQ. Grâce à une aide financière remboursable de 100 000 $ du gouvernement fédéral et à un coup de pouce financier de plusieurs partenaires de la région totalisant 1,2 million de dollars, l'entreprise commercialisera ses produits au Canada et à l'étranger, en plus de poursuivre son développement. Une dizaine d'emplois devrait de plus être créés d'ici la fin de l'année.
Grâce à cette aide financière, KINESIQ compte développer une stratégie de commercialisation de ses produits, des appareils permettant de préserver l'équilibre, les réflexes et la capacité des membres inférieurs d'une clientèle en réadaptation ou en perte d'autonomie.
On compte ainsi approcher des hôpitaux, des cliniques de physiothérapie, des centres de réadaptation et des résidences pour personnes âgées, qu'elles se trouvent au Canada ou à l'extérieur. L'entreprise devrait d'ailleurs annoncer, à court terme, de nouveaux partenariats commerciaux au pays et en Europe, a indiqué en conférence de presse le président de KINESIQ, Lukas Dufault.
En outre, les subsides aideront KINESIQ à acquérir du matériel et des outils informatiques pour le contrôle de qualité de ses appareils, de même que pour concevoir des contenus multimédias destinés à les vendre. On compte aussi réaliser certaines activités liées à la certification des produits sur différents territoires et à la protection de la propriété intellectuelle.
Talents à recruter
Ce faisant, on espère voir croître de façon significative les ventes, tant sur le plan national qu'à l'étranger. Une dizaine d'emplois pourrait ainsi voir le jour pour répondre à la demande.
Les profils recherchés seront multiples. On recherchera des talents en vente et en dévelop-pement des affaires, en assemblage, en développement artistique et logiciel de même qu'en mécanique, a fait savoir M. Dufault. «Nos projets impliquent dif-férents champs d'expertise, donc nos besoins sont aussi variés», a-t-il souligné. 
«Et ce n'est que le début aujourd'hui», a renchéri le président-, confiant pour l'avenir.
Partenaires
Le député de Shefford, Pierre Breton, est venu annoncer l'aide financière consentie par Développement économique Canada (DEC) au Centre d'innovation et de technologies industrielles de Granby (CITIG) lundi matin, au nom de son collègue et ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains. L'aide financière de 100 000 $, versée sous forme de contribution remboursable, est issue du Programme de développement économique du Québec administré par DEC.
«L'ingéniosité des entrepreneurs de chez nous est impressionnante, et KINESIQ en est un excellent exemple. L'appui que (leur) offrent plusieurs intervenants, de même que la collaboration de plusieurs partenaires témoigne de la qualité de (leurs) produits et du potentiel de l'entreprise», a déclaré celui qui a pu essayer un des appareils de la compagnie au terme de la conférence- de presse.
Ce coup de pouce s'ajoute aux autres partenariats développés par KINESIQ dans le cadre d'une ronde de financement, qui totalise 1,2 million de dollars. Du montant, environ 35 % proviennent du financement public, a indiqué à La Voix de l'Est Jonathan Meilleur, directeur artistique de l'entreprise. 
Entre autres partenaires, notons la Banque de développement du Canada, le Centre d'aide aux entreprises Haute-Yamaska et région, le Centre d'innovation et de technologies industrielles de Granby, le Campus des technologies de la santé, le Conseil national de recherche Canada, le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec, Desjardins Entreprises-Haut-Richelieu-Yamaska, l'Accélérateur de création d'entreprises technologiques et plusieurs autres investisseurs privés. Bref, un grand coup de filet pour la petite entreprise qui a vu le jour en septembre 2014.