En plus, cette année, j'ai eu une idée que je croyais être de génie. Puisque Désirée, bébé Jojoba et moi avons emménagé dans une nouvelle maison, une nouvelle municipalité et une nouvelle MRC, pourquoi ne pas inviter la parenté chez nous le 24, pour changer ?

Fa la la la la

CHRONIQUE / Pour savoir avec précision que le 1er décembre est arrivé, pas besoin de regarder son calendrier. Suffit d'écouter la radio. À 00 h 01, la nuit du 30 novembre, commence l'interminable programmation musicale du temps des Fêtes, et ce sera comme ça au moins jusqu'à Noël.
Après, ce sera pendant une semaine l'orgie de chansons du jour de l'An (remarquez comment je l'ai écrit : petit « j », grand « A ». Que j'en voie plus un l'écrire tout croche !), de sets carrés et de tounes de la Bolduc à n'en plus finir. Plaisir assuré.
(Pourquoi on a tant de chansons de Noël - et quelques-unes du Nouvel An -, mais aucune de Pâques, de la Saint-Valentin ou de l'Halloween, d'ailleurs ? Vous me direz qu'il y a les chansons d'amour pour la Saint-Valentin et Thriller pour l'Halloween. OK. Y'a toujours ben pas de tubes de Pâques ! Il y a un manque, là. M'en va vous en composer un drette-là avec un refrain serti d'onomatopées que n'aurait pas renié Alex Nevsky : « Pa-pa-pa-pa-pa-pa-Pâques, pa-pa-Pâques, pa-pa-pa-pa-Pâques... » Pas mal, hein ? Je travaille là-dessus.)
J'ai l'air grognon comme un Gilles Vaillancourt contrarié d'aller en prison, mais en fait, j'adore le temps des Fêtes. Car il me permet d'avoir du temps libre pour renouer avec mes jeux vidéos des années 1990 qui dorment au sous-sol. C'est le fun aussi les partys, mais pas trop. Quand t'as qu'une poignée de jours de congé, tu ne veux pas tous les passer à siroter des gin-tonics avec les amis ou la parenté en jasant du Canadien. Il faut du temps pour jouer à Mortal Kombat. Sinon, on devient agressif. 
En plus, cette année, j'ai eu une idée que je croyais être de génie. Puisque Désirée, bébé Jojoba et moi avons emménagé dans une nouvelle maison, une nouvelle municipalité et une nouvelle MRC, pourquoi ne pas inviter la parenté chez nous le 24, pour changer ? 
Ça fait des années que mes oncles et tantes me le suggèrent subtilement (« POURQUOI ON FAIT PAS ÇA CHEZ VOUS L'ANNÉE PROCHAINE ? ») et ça nous évitera de trop voyager avec bébé qui, bien qu'elle soit d'un naturel désinvolte et sociable, ne trippe pas trop à se faire attacher/détacher dans la voiture. 
(D'ailleurs, il faut que je vous dise, ces temps-ci, elle a le mouche-bébé en horreur. C'est quoi un mouche-bébé ? Une espèce de pompe qui permet- je m'excuse si vous êtes en train de déjeuner - d'aspirer solennellement le mucus d'un poupon sans l'avaler soi-même [tous ensemble : « ouuuuache » ], pendant que ledit bout de choux hurle comme s'il était soumis à une torture médiévale de type Game of Thrones, du genre éborgnement, écartèlement et éviscération. Bref, un mal nécessaire qui, tel Ima, me fait dire « merci la vie » [#ironie].)
Je trouvais l'idée sympathique en juillet, mais avec la venue de décembre, je réalise l'ampleur de la tâche. Une vingtaine de convives à accueillir, nourrir et divertir avec nos capacités culinaires/nombre de meubles limités et notre penchant pour la procrastination. Et si ça foirait ? Et si la dinde brûlait ? Et si nous étions des hôtes lamentables, comme dans une version moins drôle du Sapin a des boules ? Et si ? ...
Pour l'instant, donc, on essaie de ne pas trop y penser. Alors on chante fa la la la la, la la la laaaaaaa... 
Trump-é, la suite
Juste pour le plaisir, voici cinq promesses que Donald Trump - ou sa garde rapprochée - a déjà admis qu'il ne respecterait pas : bâtir un mur le long de la frontière mexicaine (trop cher), poursuivre Hillary Clinton en justice (à quoi bon ?), déporter 11 millions d'immigrants sans-papiers (imaginez la logistique nécessaire), démanteler l'assurance-santé (c'est correct, finalement) et bannir les musulmans des États-Unis (comment les recenser de toute façon ?). 
Finalement, nos politiciens sont pas si pires, hein ?