«André Turpin est un collaborateur de longue date chez nous, donc on le connaît bien. Il est surtout reconnu grâce à son travail de directeur de la photographie (notamment Congorama, C'est pas moi, je le jure!, Incendies, sans compter Tom à la ferme et Mommy). Mais c'est un réalisateur très intelligent, à l'univers particulier et le scénario de son film est original» ,indique la coproductrice Kim McCraw.

Explorer le cinéma d'une autre façon : micro_scope produit le prochain film d'André Turpin

Ça faisait 13 ans qu'André Turpin n'avait pas coiffé le chapeau de réalisateur. Depuis Un crabe dans la tête, en 2001, pour être exact. Mais voilà qu'il se lance à nouveau dans l'aventure de la réalisation en dirigeant Sophie Nélisse, Mylène Mackay, Monia Chokri, Guy Thauvette, Stéphane Crête et Anne-Marie Cadieux dans un long métrage « qui n'a pas encore de nom », laisse savoir la coproductrice chez micro_scope Kim McCraw.
« André Turpin est un collaborateur de longue date chez nous, indique la Granbyenne d'origine, donc on le connaît bien. Il est surtout reconnu grâce à son travail de directeur de la photographie (notamment Congorama, C'est pas moi, je le jure!, Incendies, sans compter Tom à la ferme et Mommy). Mais c'est un réalisateur très intelligent, à l'univers particulier et le scénario de son film est original. » Original, mais pas facile à résumer, pourrait-on ajouter. L'histoire est celle de trois destins qui s'entrecroisent : celui de Simone, 12 ans, qui doit réapprendre à ressentir des émotions à la suite d'un choc post-traumatique, celui de Simone, 25 ans, une jeune femme solitaire qui tente de dominer ses crises de panique, et celui de Simone, 60 ans, une physicienne épanouie, qui « donne une conférence sur la nature du temps et atteint l'orgasme dans son sommeil ».
« C'est un film qui explore le temps au niveau de sa mécanique, soutient Kim McCraw. Tout n'est pas dit, tout n'est pas clair, on est plus dans le style David Lynch que dans un film classique dans sa structure. »
Tous les détails dans notre édition de vendredi