Après avoir écrit pendant plusieurs années pour les Jean-Marc Parent, Anthony Kavanagh, Stéphane Rousseau, Véronic Dicaire et Marc Dupré de ce monde, Étienne Langevin a tout arrêté pour se concentrer à sa propre carrière d'humoriste.

Étienne Langevin : d'auteur à humoriste

«J'ai arrêté pour une question de santé mentale. C'est très exigeant d'être dans la tête de quelqu'un d'autre. Déjà que c'est assez difficile de se comprendre soi-même... Et quand enfin je comprenais la personne, que je pouvais dresser un portrait d'elle, je me disais: 'me semble que je changerais ça'. À partir du moment où je commençais à avoir une opinion, j'aimais mieux me retirer.»
Après avoir écrit pendant plusieurs années pour les Jean-Marc Parent, Anthony Kavanagh, Stéphane Rousseau, Véronic Dicaire et Marc Dupré de ce monde, Étienne Langevin a tout arrêté pour se consacrer à sa propre carrière. Et ça va bien pour lui, puisque s'ajoutent sans cesse de nouvelles supplémentaires de sondeuxième one man show, Les aventures d'un père espiègle, qu'il vient d'ailleurs présenter à la Maison de la culture de Waterloo ce soir.
Quand on lui demande s'il écarte à tout jamais la possibilité d'écrire pour d'autres, il répond oui, mais non sans avoir longuement hésité. «Oui, parce que je n'ai pas eu une belle expérience, précise-t-il. Ce n'est pas par rapport à la gloire ou au succès, c'est par rapport au métier d'auteur, qui n'est pas valorisé, ni valorisant.»
Tous les détails dans notre édition de vendredi