Éric Ménard sillonne le globe depuis dix ans en tant qu'animateur du Show de moto.

Éric Ménard : des projets à toute allure

L'expression « homme-orchestre » colle très bien à Éric Ménard. Il partage avec le public sa passion pour les bécanes à moteur pour une dixième saison en animant le Show de moto au Réseau des sports (RDS). Ceci en plus d'être humoriste et d'écrire pour des revues spécialisées. Il y a près d'un an, Le Plus révélait que le Granbyen d'origine devenait conférencier. Homme d'affaires aguerri, il vient d'ajouter un instrument à sa longue liste en lançant une gamme de vêtements et d'articles de moto. 
Éric Ménard sillonne le globe depuis une décennie pour faire découvrir la moto sous tous ses angles aux assidus amateurs qui suivent son émission à RDS. L'idée de se lancer dans le monde des vêtements spécialisés a toutefois germé il y a deux ans. « Au fil du temps, j'ai eu la chance de tester toutes sortes de vêtements dans toutes les conditions climatiques imaginables, raconte celui qui vient de boucler 12 jours de tournage au Guatémala. Et j'ai constaté qu'il y avait un trou dans le marché. Quand tu veux des choses plus techniques ou casual, à part les manteaux, les casques et les gants, il n'y a pas grand-chose de beau et de qualité. Alors comme d'habitude, j'ai foncé. »
C'est ainsi que Vitae Cycle est née... avec la collaboration de quelques complices de son paternel. « Je sais ce que je veux, mais je ne suis pas encore Louis Vuitton, lance l'entrepreneur en riant. Alors une amie qui travaille dans le domaine des vêtements m'a aidé à choisir ce qui se fait de mieux en terme de fibres et de matériaux pour avoir des produits impeccables. J'ai aussi embauché une designer. »
Or, bien qu'il ait l'habitude d'être sur la corde raide avec ses projets professionnels, Éric Ménard a dû faire des choix. « Ma vie tourne autour de la moto depuis près de 15 ans. C'est là-dessus que j'ai décidé de me concentrer. Alors j'ai laissé tomber la gestion immobilière, qui me servait principalement de « filet de sécurité ». Et je vis très bien avec ma décision », affirme celui qui donne des conférences sur le thème « Cherchez l'équilibre ». 
Une question d'ADN
Au-delà d'offrir une gamme de produits de qualité aux mordus de moto, notamment des bas, des cols et des chandails, Éric Ménard veut insuffler une nouvelle image, un « ADN différent » à cet univers dans lequel il gravite. « Je suis un peu tanné de voir les pubs du monde de la moto où les gens veulent avoir l'air de tueurs, des tough. Moi, je vise le contraire. Vitae Cycle, c'est la marque des épicuriens, des gens qui tripent à rouler en découvrant toutes sortes de choses, à voyager en faisant des rencontres partout où ils passent. C'est ma vision et je veux que ça se transpose dans les vêtements et la marque que j'ai créée. »
L'homme d'affaires compte aussi sur les nombreux « influenceurs » faisant partie de la confrérie de la sphère de la moto pour propulser ses produits à un autre niveau. « Dans ma job, je suis toujours dans des lancements avec des journalistes de partout sur la planète. Je leur fais essayer mes vêtements et ils me donnent du feedback. À part le public, je ne peux pas demander meilleurs ambassadeurs qu'eux pour parler de la compagnie. »
Pour le moment, les produits Vitae Cycle sont disponibles dans quelques boutiques à travers le Québec. Toutefois, Éric Ménard mise avant tout sur le commerce en ligne via sa propre plateforme (vitaesoul.com) pour faire sa place dans cette niche.
Un pied de nez à l'industrie
Après dix ans à la barre d'une émission spécialisée, on pourrait croire qu'Éric Ménard est blasé. Or, il n'en est rien. La flamme est loin d'être vascillante. « J'adore tous mes projets et je n'ai pas encore fait le tour du jardin, affirme le rédacteur en chef des revues Moto journal et son pendant anglophone Cycle Canada. D'ailleurs, je ne suis vraiment pas à la même place où j'étais quand j'ai commencé avec le Show de moto. Ça a vraiment été exponentiel au cours des cinq dernières années. En multipliant mes fonctions dans cet univers, ça m'a amené de la notoriété. [...] Et franchement, dix ans de télévision, c'est un bel exploit ! , lance-t-il. C'est en quelque sorte un pied de nez à l'industrie parce que, de toute évidence, notre formule fonctionne très bien et les auditeurs sont toujours au rendez-vous. »
Par ailleurs, mis à part le fait d'essayer une foule de bécanes, tant sur route qu'en sentiers puis sur des circuits de course, le boulot d'Éric Ménard lui permet d'assouvir son appétit de globe-trotter. « Personne ne peut rester indifférent en parcourant le globe en faisant ce qu'il aime, dit-il. J'ai cette chance et je savoure chaque instant. » En ce sens, l'animateur sillonnera pour cette 10e saison du Show de moto des contrées d'Amérique centrale, d'Italie ainsi que les artères new-yorkaises, entre autres. Sans compter les nombreux lancements de motos des ténors de l'industrie, auxquels il prendra part aux quatre coins de la planète.