Dix élèves et deux enseignants en Soins infirmiers au cégep de Granby se préparent à participer à un stage au Cambodge en 2018. D'ici là, ils multiplient les activités de financement.

Du Cégep de Granby ...  Kampong Cham

En marge de sa formation pour pratiquer sa profession, un groupe d'élèves inscrits en Soins infirmiers au cégep de Granby se familiarise actuellement avec... la vente au détail. Une petite entorse à son cursus pour financer la moitié d'un stage qui le mènera au Cambodge en 2018. Dans ce qu'il a à offrir, on compte des bracelets d'allergies. Une idée qui a du bon «sang».
Selon Kiana Deschênes, ce stage demandera au groupe une importante adaptation. «Mais on va être capables, dit-elle. C'est un beau défi!»
Isabelle Lambert, qui gère la vente des bracelets d'allergies, se réjouit de vendre un produit lié à son domaine d'étude.
Dix élèves répondant à des critères de sélection précis et deux enseignants seront du voyage l'an prochain. Au total, le groupe espère recueillir 20 000 $ afin de défrayer la moitié du périple qui s'étalera sur quatre semaines. L'autre sera à ses frais. 
Pour y arriver, mille et une idées ont été mises de l'avant. Déjà en avril, une activité aquaforme à la piscine Miner et une sortie à la cabane à sucre au Domaine de l'Artisan, à Brigham, sont au programme. « On invite les gens à la piscine pour un gros party dans l'eau ! », annonce Ève
Bergeron, qui fait partie du groupe Cambodge 2018 et qui travaille comme monitrice à la piscine.
« Ce qui est beau avec ces deux activités, c'est qu'on ne rejoint pas la même clientèle », ajoute la jeune femme.
En plus de ces deux événements, les futurs infirmiers et infirmières vendent des cartes-cadeaux, des produits faits de béton par une jeune compagnie étudiante de la région (B.O.B.), du chocolat de qualité et des bracelets d'allergies. Ces bracelets, fabriqués au Québec, sont destinés aux enfants de 6 mois à 10 ans. Ils sont faits de PVC résistant, sans latex ni métaux irritants. Ils résistent à l'eau et à la saleté. 
« C'est intéressant, car ça rejoint notre domaine d'étude », souligne Isabelle Lambert, une élève qui sera du voyage. Les enseignants Benjamin Larouche et Geneviève Lacroix accompagneront les jeunes.
Puisque les bracelets sont faits de plastique malléable, ils peuvent être portés par des adultes, souligne la jeune femme. Ainsi, on retrouve dans de nombreuses couleurs, des phrases du genre Je suis diabétique, Je suis autiste, Je suis intolérant au lactose, Je suis allergique à la pénicilline, Je suis allergique aux piqûres d'abeilles, etc.
« Il est même possible d'ajouter (à cette liste) des allergies », indique Isabelle.
Et comment les techniciens entrevoient-ils leur expérience cambodgienne ?
« Ça va nous demander une grande adaptation, ne cache pas Kiana Deschênes, mais on va être capables. C'est un beau défi ! »
Tous s'entendent pour dire que l'aventure promet d'être excitante. Lors de son stage, le groupe sera hébergé dans un orphelinat à Kampong Cham, la ville la plus peuplée du Cambodge. Il pratiquera dans un hôpital du même nom.
Pour tout savoir sur les événements organisés par le groupe Cambodge 2018 et connaître tous les produits qu'il vend à l'aube du départ, visitez les pages Facebook suivantes : Bracelets Allergies - Stage Cambodge 2018 et Campagne Financement Cambodge 2018 Soins Infirmiers CGHY. Il est aussi possible d'écrire directement aux participants à stagecambodge2018@hotmail.com