Des citoyens de Sutton réclament que l'ex-directeur de l'urbanisme de la Ville, Réal Girard, se retire d'une conférence organisée par l'Association québécoise d'urbanisme prévue à la fin du mois de mai.

Des citoyens appellent au retrait de la conférence de Réal Girard

Une conférence que prononcera l'ex-directeur de l'urbanisme de la Ville de Sutton, Réal Girard, suscite la controverse parmi des citoyens. Ils réclament son retrait d'un événement organisé par l'Association québécoise d'urbanisme (AQU) le 27 mai prochain à l'Hôtel Horizon-Huttopia à Sutton.
M. Girard parlera du processus utilisé par la Ville de Sutton pour changer des règlements de zonage et de lotissement en recourant à une avenue peu utilisée par les municipalités, soit l'approbation référendaire par zone. La municipalité a utilisé cette approche en 2015 pour modifier plusieurs de ses règlements. Cette façon de faire a été contestée par un groupe de citoyens en Cour supérieure. Ils la jugeaient trop complexe, nuisant par le fait même à la compréhension des citoyens et à leur participation au processus.
La Cour supérieure, au terme d'un procès mené en février et mars l'an dernier, a cependant avalisé le processus. Les citoyens ont depuis annoncé leur intention de saisir la Cour d'appel de la cause.
En abordant ce sujet, M. Girard manque de respect envers les citoyens et le système judiciaire, croit Gilles Lavoie, coordonnateur du Forum citoyen-Sutton, un groupe de réflexion sur les affaires municipales suttonnaises. « Comment peut-il en parler alors que c'est encore devant les tribunaux ? Le processus de la Ville pourrait être déclaré- illégal », indique-t-il.
Lors de leur dernière rencontre, plusieurs membres du Forum ont formulé le souhait que M. Girard se retire de la conférence, a dit M. Lavoie.
En entrevue cette semaine, M. Girard a reconnu la délicatesse du sujet. « Ça ne portera pas sur l'aspect judiciaire. On va expliquer comment on a procédé et comment on a organisé les consultations. »
M. Girard assure que sa présentation sera neutre. « On va aviser les gens que le processus qui a été utilisé est en appel. »
Droit de parole
Le président de l'AQU, Pierre Dauphinais, ignorait qu'un appel avait été logé dans cette affaire. Il entend faire en sorte que cette information soit connue des participants à la conférence. Cela dit, pas question de priver M. Girard de son droit de parole. « On n'est pas là pour empêcher les gens de s'exprimer. On n'est pas là non plus pour faire la promotion d'un processus par rapport à un autre. Ça va être aux gens de se faire une idée par eux-mêmes », dit-il.
Me Louis Béland, qui a représenté la Ville de Sutton dans cette cause, accompagnera M. Girard lors de l'événement.
Par ailleurs, M. Girard a confirmé qu'il n'est plus à l'emploi de la Ville de Sutton. Depuis lundi, il occupe le poste de directeur de la planification et du développement du territoire de la Ville de Magog. « C'est un défi intéressant dans une ville qui a beaucoup de potentiel », a-t-il indiqué.
M. Girard s'est dit heureux de ses cinq années au service de la Ville de Sutton. « J'ai de très bons souvenirs », a-t-il dit.
C'est la deuxième fois en moins de cinq mois que Sutton perd un de ses cadres au profit de la Ville de Magog. Le directeur général Me Jean-François d'Amour a quitté Sutton en novembre pour remplir les mêmes fonctions à Magog.