Attiré par la terre et le travail au grand air, Lucien Lapointe a trouvé son bonheur dans la culture de sapins de Noël. Il a su transmettre sa passion à son fils, Serge.

Cultiver la magie de Noël à l'année

Attiré par la terre et le travail au grand air, Lucien Lapointe a trouvé son bonheur dans la culture de sapins de Noël. Il a su transmettre sa passion à son fils, Serge, qui veille avec la même énergie que son paternel au développement de la PME Plantation JLS, à Sainte-Angèle-de-Monnoir.
Même si elle exploite deux sites de production, l'entreprise n'est pas un «gros joueur» à proprement parler, selon Serge Lapointe. N'empêche que certains de ses conifères prennent la route des Bermudes dès la mi-novembre pour contribuer à l'ambiance des Fêtes dans les Caraïbes. Un autre lot est également acheminé, au sud de la frontière, dans la région de New York, si bien que les exportations représentent environ 40 % des ventes de Plantation JLS.
Le père et le fils Lapointe, épaulés par quelques employés, ont eux-mêmes vendu leurs rois des forêts à Montréal en décembre durant plusieurs décennies. Mais cette aventure s'est terminée abruptement cet automne. Présents depuis 37 ans au Carré St-Louis, ils ont appris en octobre dernier qu'ils ne pouvaient plus y installer leur kiosque, à la suite de travaux effectués au parc. Un dur coup pour Lucien Lapointe qui, visiblement, prend beaucoup de plaisir au contact de sa clientèle et y accorde une grande importance.
«Ce qui me fait le plus mal, c'est que je n'ai pas pu dire merci à nos clients, laisse tomber l'énergique septuagénaire. C'était rendu qu'on vendait aux enfants des parents avec qui on a commencé à vendre nos premiers sapins.»
Tous les détails dans notre édition de lundi