Comment détruire une véritable laïcité ?

Aujourd'hui, affirmer, comme le fait le Parti québécois, que la neutralité de l'État implique automatiquement la neutralité vestimentaire des employés de l'État est pur mensonge, pure démagogie et pur sophisme. Il est honteux de la part du ministre de répéter de telles faussetés.
Son discours sous-entend que ceux et celles qui, par leur apparence, manifestent ouvertement leur appartenance religieuse portent atteinte au caractère laïque de l'État et transmettent un message religieux aux personnes qui reçoivent leurs service. Le ministre est-il capable d'apporter une explication sérieuse pour soutenir cette idéologie qui n'est appuyée sur aucune recherche crédible, ni sur aucune expérience québécoise vérifiée? Faut-il le rappeler, les signes vestimentaires religieux existent au Québec depuis belle lurette et n'ont jamais empêché les gens d'effectuer leur travail de manière neutre et professionnelle. Est-ce que la présence de signes vestimentaires religieux a déjà mis en péril la qualité des services ou la sécurité des personnes? Jamais. Est-ce qu'on a déjà rapporté des cas de prosélytisme au sein de la fonction publique ou des cas de conversion religieuse due à la présence d'un ou d'une fonctionnaire affichant un signe religieux? Jamais. Alors, pourquoi, M. Le Ministre, crée-t-il cette chasse aux sorcières sinon pour des questions purement électoralistes?
Comment le ministre peut-il parler d'harmonie alors que dans les faits, il ne parle que d'uniformité? Il n'y a pas d'harmonie dans l'uniformité, il n'y a que discrimination, une discrimination qui conduit à l'exclusion de milliers de Québécois et Québécoises qui, actuellement, sont parfaitement intégrés au sein de la société. Le ministre se rend-il compte qu'il fait la promotion d'une forme d'apartheid religieux, d'un dangereux clivage religieux?
En fait, le ministre fait une guerre aux religions dont les croyants portent des signes religieux. Au diable l'harmonie et la concorde entre les citoyens qui croient et qui ne croient pas. Au diable la vraie neutralité de l'État et la vraie liberté de religion! Ce que le ministre veut, c'est l'uniformité et les ghettos au détriment de l'harmonie et du vivre ensemble! Et pour ce faire, il se cache outrageusement derrière le principe de l'égalité homme/femme, une façon hypocrite de viser principalement les femmes de la religion musulmane qu'il veut humilier encore davantage. Pourquoi s'attaquer aux victimes au lieu de s'attaquer à ceux qui les contrôlent? S'il est vrai que le tchador, la burka et le nikab (niqab) font disparaître la femme, le ministre quant à lui veut faire disparaître la croyante musulmane visible. Est-ce mieux?
Bientôt et malhonnêtement, le possible gouvernement majoritaire péquiste se sentira probablement justifié d'utiliser le melting pot des élections pour affirmer que le peuple québécois applaudit à une guerre contre les religions non chrétiennes et ainsi adopter cette loi qui porte non pas sur les valeurs québécoises, mais sur l'interdiction radicalement arbitraire des signes religieux dans la fonction publique. Quelle tristesse et quelle bassesse! Le mot d'ordre est simple: évitons d'agir mollement et frappons avec force sur les minorités religieuses visibles. Espérons que la majorité québécoise n'appuiera pas aveuglément ce projet comme ce fut le cas dans certaines dictatures. Ce serait un terrible retour aux nationalismes du XXe siècle. Espérons qu'elle respectera ses véritables valeurs de paix et d'ouverture, qu'elle ne déformera pas la nature même de la laïcité et qu'elle ne détruira pas l'harmonie tant recherchée avec tous les hommes et toutes les femmes de ce pays, quelles que soient leurs différences religieuses et culturelles.
André Beauregard
Shefford
Abonnez-vous à La Voix de l'Est