Johanne Lefebvre (à gauche) n'était nullement intimidée d'affronter en duel Sylvie Desgroseilliers (à droite).

«C'est comme si on m'avait donné une Ferrari»

Johanne Lefebvre a franchi une importante étape dans son parcours à La Voix, dimanche soir, en remportant son duel contre Sylvie Desgroseilliers.
Pour traduire toute la dimension du moment, la chanteuse d'East Farnham admet qu'elle était presque aussi stressée assise devant son téléviseur à regarder sa performance que lorsqu'elle se trouvait sur scène pour la faire!
Stressée, peut-être, mais nullement intimidée, stipule-t-elle. «J'étais seulement contente d'avoir cette chanson-là (Je ne suis qu'une chanson, de Ginette Reno) et de la chanter avec quelqu'un qui saurait lui rendre justice. Avec quelqu'un d'autre, ça n'aurait pas donné la même performance.»
«C'est comme si on m'avait donné une Ferrari comme voiture de course, illustre-t-elle. J'avais une super belle chanson, une chanson qui représente beaucoup qui je suis, une superbe partenaire pour la faire avec moi, de merveilleux musiciens, un gros stage, un beau public...»
Johanne Lefebvre aurait cependant aimé avoir un peu plus de détails sur les aspects qui ont fait pencher la balance en sa faveur. «Peut-être qu'Isabelle (Boulay) a bien résumé l'affaire en mentionnant la sobriété et l'émotion que je dégageais, avance-t-elle. C'est une chanson qui me touchait beaucoup, donc je voulais la chanter de façon à toucher le coeur des gens.»
Elle-même a d'ailleurs été extrêmement touchée par les propos de la coach. «J'ai vraiment senti qu'elle avait compris qui j'étais comme chanteuse.»
La femme d'East Farnham passe donc à la prochaine étape du concours. Peut-être devra-t-elle défendre sa place dans les Champs de bataille; peut-être obtiendra-t-elle tout droit son laissez-passer pour les directs... À suivre!