Lise Beaudoin et Julie Perreault se préparent pour le Défi Muraille de Chine. Ensemble, avant leur départ, elles veulent remettre 10 000 $ au Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska.

Célébrer la vie, un pas à la fois

Un défi, peu importe sa nature, ça se relève un pas à la fois. Lise Beaudoin et Julie Perreault en savent quelque chose. Pas seulement parce que chacune a parcouru plus de800 kilomètres sur le Chemin de Compostelle. Non. Toutes deux se sont relevées à la suite d'un grand déchirement. Aujourd'hui reconstruites, elles se préparent à célébrer la vie et à donner espoir en réalisant le Défi Muraille de Chine. Une nouvelle aventure qu'elles vivront en mai au profit du Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska.
« Quel est le plus grand des défis ? », demande Lise Beaudoin, une femme rayonnante de 57 ans.
« Vivre ! », dit-elle.
En 2010, alors qu'elle venait de célébrer ses 50 ans, Mme Beaudoin a perdu la personne la plus importante dans sa vie, son pilier : son père.
« Je suis tombée, raconte-t-elle sans détour. Et j'ai posé le geste... la corde a cassé. J'ai pleuré et j'ai compris que la vie voulait de moi et que moi, je voulais une vie. »
Le 26 décembre 2015, la vie a envoyé à Julie Perreault ce qu'elle qualifie « d'uppercut de la gauche ». Un puissant coup de poing qu'elle n'a jamais vu venir. « J'étais en plaie ouverte de blessure de trahison, de rejet et d'abandon », explique la mère de trois jeunes adultes.
Après avoir jeté les gants, « mais pas la serviette », insiste-t-elle, elle avait cette urgence de retrouver ce sentiment d'invincibilité vécu sur le Chemin du Nord vers Compostelle, en Espagne, en 2014. En mars 2016, elle s'est donc « accordé de l'amour » le long des falaises irlandaises. À son retour, l'idée de poser les pieds sur la Grande Muraille de Chine au profit du Centre de prévention du suicide (CPS) a germé. Après avoir parlé de son défi à son amie Lise, la dame a aussi décidé de plonger. Ensemble, elles forment l'équipe Les petits pieds du bonheur.
Un défi, six étapes,
cinq jours
Du 11 au 21 mai, les deux femmes partiront à la découverte de l'empire du milieu dans le cadre de l'événement Courir pour la vie, lié au Défi Muraille de Chine, et dont les profits sont remis en entier au CPS de la Haute-Yamaska. Elles traverseront six étapes en cinq jours, pour un total de 70 km sur cet ouvrage majestueux qui fait partie des sept merveilles du monde.
« Un défi physique, psychologique et philanthropique de deux femmes courageuses et déterminées, soutient Yves Bélanger, directeur général du CPS de la Haute-Yamaska. Nous, on profite des bénéfices ! »
En plus d'aller relever un défi personnel, les deux femmes ont décidé de remettre chacune 5000 $ au CPS de la Haute-Yamaska. D'ici leur départ, elles tiendront diverses activités de financement dans le but d'amasser cette importante somme. (voir autre texte)
« J'ai 57 ans, je suis loin d'être une athlète, mais j'assume ce que je suis, souligne Mme Beaudoin, limitée dans les sports qu'elle peut pratiquer depuis un accident de travail en 1998. On peut, là où on est, se réaliser. Mon père disait toujours : 'Quand on veut, on peut ! ' Moi, je veux. »
« Marcher dans la démesure, dans la nature, ça éveille la conscience, ça ouvre le coeur et ça permet une connexion à l'amour de soi », explique Julie Perreault.
« Moi, je veux célébrer la vie, poursuit-elle. Je veux aussi donner espoir à mes enfants qui ont été témoins de grandes détresses. J'ai besoin de montrer que la vie, c'est beau. »
Yves Bélanger, directeur général du Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska, se réjouit de l'engagement de Lise Beaudoin et de JuliePerreault pour la cause.
Huiles et biscuits chinois
Ayant toutes deux marché des centaines de kilomètres vers la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, Lise Beaudoin et Julie Perreault ont décidé de raconter leur périple intérieur respectif. Le tout, au profit du Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska.
Le dimanche 26 mars, à 13 h 30, dans le foyer Yves-Gagnon du Palace de Granby, Julie Perreault présentera la conférence De Compostelle à Ballycastle... Une quête vers l'amour de soi. Par des récits et des anecdotes, et en compagnie de Martine Girouard à la narration, de Jean Wiedrick à la direction musicale, des interprètes Hélène Bienvenue, Benoit Chabot et Kora Desrosiers, de François Brosseau à la projection et de Pascale Dumont à la vidéo, elle racontera son passage en Espagne et en Irlande en invitant les gens à « voir la vie autrement. »
« J'ai présenté une conférence (sur Compostelle) il y a deux ans et ça a été un beau succès, dit-elle. Je m'accroche à ça ! Je fais confiance à la vie.»
De son côté, c'est le dimanche
2 avril, dans le cadre de la rencontre mensuelle des Bontés Divines, que Lise Beaudoin présentera sa conférence intitulée Le plus grand des défis ? Vivre ! Dès 10 h, au Centre Laurio-Racine, rue York, elle abordera les sentiments ressentis une fois qu'on se retrouve face à nous-mêmes dans les situations où nous nous fermons comme une huître. « Il y a tout le temps une solution », insiste Mme Beaudoin, pour donner un avant-goût du ton de sa conférence.
Des activités et une surprise...
Toujours dans le but d'amasser des fonds pour le CPS de la Haute-Yamaska, Lise Beaudoin vend des calendriers 2017 remplis de photos de son voyage à Compostelle. Fonceuse, la dame s'est aussi remise à la peinture pour l'occasion. Ainsi, elle invite les gens à se procurer des billets dans le but de remporter sa toile intitulée La Muraille pour la vie (20X36, à l'huile). Les billets sont 5 $ pour un billet ou trois pour 10 $. La valeur de la toile est estimée à 360 $.
Ensemble, les deux marcheuses vendent aussi des biscuits chinois (1 $ chacun ou trois biscuits pour 2 $).
« Le 9 avril, on invite les gens à une dégustation d'huiles d'olive et de vinaigre balsamique, dévoile Julie Perreault. Nous accueillerons une invitée mystère... »
Impossible toutefois d'en savoir plus sur l'événement Ça baigne dans l'huile, qui aura lieu à la Casa du Spaghetti à Granby, de 13 h à 17 h.
Pour faire un don au duo Les petits pieds du bonheur et ainsi supporter la cause de la prévention du suicide, suffit d'aller sur le site de Courir pour la vie (courirpourlavie.ca/equipes/282). En tout temps, il est possible de joindre le Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska pour de l'information sur les activités de financement prévues par les deux marcheuses via la ligne administrative (450-375-6949, poste 226). Le CPS rappelle qu'il offre divers services gratuits 24 heures sur
24, sept jours sur sept aux personnes suicidaires, endeuillées, aux proches, amis et professionnels au 450-375-4252.