Le coach culinaire Samir Tidjani prêche pour une meilleure alimentation, corollaire d'un meilleur état de santé.

Bien dans son corps, bien dans sa tête

Une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours. Et si une meilleure alimentation tout court pouvait contribuer à vous rendre le même service? C'est du moins le propos tenu par Samir Tidjani, chef cuisinier, coach alimentaire et fondateur de la Nutricuisine, lors d'une conférence intitulée La concentration, la mémorisation et l'humeur. Et si cela venait du ventre? présentée hier par la bibliothèque Paul-O. Trépanier.
Dans la salle du conseil, remplie pour l'occasion, le conférencier a défilé en début de soirée une série de statistiques plutôt alarmantes. Depuis la création du DMS, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, en 1952, selon lui, le nombre de maladies mentales serait passé d'une soixantaine à plus de 400 aujourd'hui. «L'abus de café, l'apnée du sommeil, la timidité, le bégaiement, l'éjaculation précoce: ces troubles sont tous considérés comme des troubles mentaux», a affirmé M. Tidjani.
Qui plus est, les psychotropes, des médicaments pour les troubles comportementaux et de l'humeur, occupaient en 2010 le second rang des médicaments les plus prescrits [NDLR[ThinSpace]: on ne connaît pas à quelle échelle], a mentionné le conférencier. Trente ans plus tôt, ils ne faisaient pas partie des 150 types de médicaments les plus consommés.
Tous les détails dans notre édition de jeudi