Besoin d'un coup de pouce

Dire que la coureuse de ce mois-ci a eu besoin d'un léger coup de pouce pour amorcer ses premières foulées ne serait pas mentir.
Dire que la coureuse de ce mois-ci a eu besoin d'un léger coup de pouce pour amorcer ses premières foulées ne serait pas mentir.
Manon Sévigny, à l'aube de la quarantaine, s'est carrément tournée vers la revue québécoise Coup de Pouce dans le but de se préparer pour un premier  5 kilomètres. On y publiait alors un modèle de plan d'entraînement général pour coureurs débutants.
«J'ai toujours été autodidacte dans l'âme, dit-elle. Je suis curieuse et j'adore apprendre et découvrir des choses par moi-même. J'ai toujours exercé plusieurs sports comme le patin, le vélo et la natation. Pour moi, la course à pied, c'était moins attrayant...»
Le déclic qui l'a menée à s'adonner à ce sport est venu d'un besoin de s'activer. «J'avais commencé à jogger sur un tapis roulant, mais ce n'était pas pour moi, raconte-t-elle. Il me manquait le grand air. Je me suis donc imposé d'aller courir dehors. J'ai atteint mon objectif de courir un 5 km sans arrêt en quatre mois. Je voyais alors mes modestes progressions comme des petites victoires et j'ai commencé à y trouver du plaisir.» Manon court maintenant depuis quatre ans et elle a réussi son premier demi-marathon au DMG de Granby.
Le bien-être que lui procure la course la pousse aujourd'hui à persévérer. «Ça m'énergise!, lance-t-elle. Ça me rend heureuse de courir. Quand mes deux garçons sont trop bruyants, je prends une pause jogging et je reviens  au bercail joyeuse.»
Manon Sévigny savoure chaque instant qu'elle accorde à la course à pied. Ce sport est pour elle une révélation. Elle peut s'accomplir en gambadant joyeusement sur l'asphalte ou dans les sentiers. Elle compte d'ailleurs participer prochainement à un nouveau demi-marathon. Son réel et principal objectif reste toujours de terminer sa course. Ce sont des petits pas qui peuvent mener loin.