Adam Dyczka vient d'être déclaré vainqueur à la suite de son combat avec Jarred Henderson. Si on se fie à tous les experts, il a ce qu'il faut pour aller loin.

Arts martiaux mixtes et préjugés 

CHRONIQUE/ Un ami m'avait dit: « Sur place, c'est encore plus rough qu'à la télé. Sais pas si tu vas aimer ça...»
Notre métier nous amène constamment à vivre de nouvelles expériences et à nous sortir de notre zone de confort. Ma dernière en lice: la couverture live d'un gala d'arts martiaux mixtes. Ça se passait vendredi dernier, à La Tohu de Montréal, alors que je couvrais le quatrième combat professionnel du Granbyen Adam Dyczka.
Je suis un amateur de boxe. Et comme bien des gens, j'avais (ou j'ai ?) certains préjugés face aux arts martiaux mixtes, un sport dur s'il en est un. Mais on ne peut ignorer un sport qui intéresse autant de monde. De nombreux Granbyens s'étaient d'ailleurs déplacés jusqu'à Montréal l'autre soir.
Oui, ça brasse dans l'octogone. Ça se bat à coups de poing, à coups de pied et même à coups de genou. C'est brutal, c'est violent. N'empêche que la réglementation a grandement évolué au fil des ans et qu'on est loin de l'époque où à peu près tout était permis. Aussi, l'arbitre n'est pas un touriste. Il intervient rapidement lorsqu'un combattant est mal en point.
Il y a plus de sang qu'à la boxe. Mais en bout de ligne, les arts martiaux mixtes sont-ils vraiment plus dangereux? Et les blessures graves sont-elles plus nombreuses? Les intervenants qui naviguent entre les deux sports affirment que non. Et des études sérieuses tendent à démontrer que la boxe laisse ses athlètes plus amochés, ne serait-ce qu'en raison des nombreux coups à la tête qu'un boxeur reçoit pendant un combat.
Mais les images laissées par les arts martiaux mixtes sont fortes, impressionnantes: la cage, les gants très légers, le gars qui mange des coups de poing alors qu'il est par terre, le visage tuméfié de certains combattants après seulement 15 secondes de bataille. Et soyons honnête, c'est ce qui en attire plusieurs.
Mais voilà, est-ce vraiment si dangereux? Ce l'est plus que le bowling, c'est clair. Mais est-ce que ce l'est plus que le hockey, où les commotions cérébrales sont légion? Il y a un débat ici.
Chose certaine, j'ai énormément de respect pour ces athlètes qui montent dans l'octogone ou sur un ring et qui défendent leur peau. Ça prend du courage. Et un brin de folie, c'est vrai.
Dyczka: de belles qualités
Mais voilà, je retournerai voir des galas d'arts martiaux mixtes dans la grande ville. Parce que Granby compte des professionnels dans cette discipline et parce que si on se fie à tous les experts, Adam Dyczka a ce qu'il faut pour aller loin. Jusqu'à la gigantesque UFC, selon Stéphane Patry, promoteur de TKO MMA et analyste crédible.
Dyczka est un poids lourd, ce qui fascine les gens, il frappe dur et il a du charisme. Bref, il a de belles qualités. Et si les gens de son entourage disent vrai, il est sérieux. Il le semble, en tout cas.
En entrevue, la semaine passée, Dyczka a été brutalement honnête: «Si ça ne marche pas pour moi en arts martiaux mixtes, c'est le travail d'usine qui m'attend. Et je n'ai pas le goût d'aller travailler dans une shop».
Difficile de trouver meilleure motivation.