«Vous avez davantage le sens du punch que nous, reconnaît Anne Roumanoff. Mais les jeunes (humoristes français) l'ont assimilé, ils sont maintenant plus efficaces, surtout parce qu'ils s'exportent de plus en plus au Québec. Moi-même, j'ai beaucoup appris chez vous. Le Québec a été une bonne école, un bon professeur.»

Anne Roumanoff au théâtre juste pour rire Bromont «le Québec a été une bonne école»

Une seule femme figure sur la programmation estivale du Théâtre Juste pour rire Bromont. Une Française, de surcroît. Anne Roumanoff, qui depuis une vingtaine d'années a su tisser des liens serrés avec son public québécois, viendra présenter mercredi son spectacle [Rouge]manoff, clin d'oeil à sa couleur fétiche depuis un quart de siècle.
Il s'agira de la première de deux représentations dans la province, la seconde ayant lieu samedi au Festival Juste pour rire de Montréal. Elle est une habituée du grand événement d'humour de la métropole puisque c'est là que tout a commencé pour elle de ce côté-ci de l'Atlantique, en 1991, et qu'elle y revient périodiquement depuis. En 2012, elle y avait même présenté [Rouge]manoff en primeur pendant trois soirs au Théâtre Maisonneuve avant de le ramener en France. Après deux ans de représentations et à un mois de la fin de cette tournée, c'est à un spectacle «plus rôdé, modifié et amélioré» que les spectateurs auront droit, explique l'humoriste à La Voix de l'Est.
«Un spectacle évolue toujours un peu en cours de route, mais pas trop non plus, dit-elle au bout du fil depuis sa province d'origine. J'ai seulement remplacé quelques numéros sur la politique française par des plus actuels.» Gageons aussi que son «analyse» de la crise étudiante aura pris le bord, sûrement remplacé par son sketch sur l'accent québécois. «La dernière fois, je n'avais pas osé le faire chez vous, admet-elle. Mais il marche très fort en France, donc je vais me risquer cette fois.»
La vie quotidienne, la crise de la dette, la quête du bonheur, les téléphones intelligents, les stagiaires et les diktats alimentaires ont également inspiré bon nombre de numéros du reste du spectacle. «Je vais aussi faire un sketch sur une adolescente qui a de la difficulté à faire son exposé sur la Première Guerre mondiale, un autre sur une riche dame qui se plaint que les bien nantis sont maltraités, un autre sur une femme qui célèbre son 35e anniversaire de mariage et qui est un peu désabusée...», énumère encore l'humoriste française.
Tous les détails dans notre édition de samedi