Suzanne et Patrice Laflamme font partie d'une famille d'audioprothésistes de génération en génération.

À bon entendeur...

En fondant son entreprise en 1968, Maurice Laflamme ne se doutait probablement pas qu'il allait engendrer toute une descendance d'audioprothésistes. Quarante-cinq ans plus tard, Laflamme et associés a fait son nom dans un milieu qui a bien évolué.
Parmi les quatre enfants de M. Laflamme qui ont suivi ses traces, Suzanne a tôt fait d'établir ses bases à Granby. C'était en 1977. Depuis, elle travaille à redonner le plaisir d'entendre à ceux qui l'ont perdu.
Une personne sur dix souffrirait d'un problème d'audition, dit-elle. Des travailleurs dont l'environnement est bruyant, des retraités de l'industrie du textile - qui sont nombreux dans la région -, des enfants également. «Mais on voit surtout des personnes âgées. L'âge moyen est d'environ 70 ans. On est souvent les premiers intervenants. On fait passer les tests et on réfère les gens au besoin», affirme Patrice Laflamme, représentant de la troisième génération.
Mais au fait, quel est le rôle de l'audioprothésiste? «Ajuster, installer, programmer et réparer les prothèses. On travaille toujours en triangle avec un audiologiste et un oto-rhino-laryngologiste», laisse entendre Suzanne Laflamme, en précisant que la profession nécessite une formation continue.
Tous les détails dans notre édition de lundi