Au total, 10 000 $ ont été amassés pour la fondation Louis-Philippe Janvier lors du 70 km Roulez pour vivre en mai dernier. Un deuxième tour aura lieu le 9 septembre.

100 km Roulez pour vivre: pédaler contre le cancer

De réunir passion pour le vélo et contribution à une bonne cause, ça vous parle? L'événement « Roulez pour vivre », un parcours de vélo au profit de la fondation Louis-Philippe Janvier qui se déroule en mai depuis quatre ans, ajoute un second parcours-bénéfice à ses collectes de fonds pour la recherche sur le cancer. Un parcours de 100 km aura lieu le samedi 9 septembre prochain.
D'ordinaire, Roulez pour vivre est un parcours de 70 km se déroulant au mois de mai. Depuis ses quatre années d'existence, plus de 20 000 $ ont été remis à la fondation Louis-Philippe Janvier, qui se dédie à la recherche et aux soins pour le cancer chez les jeunes adultes et enfants malades.
Le parcours de 100 km qui s'ajoute cette année est le résultat d'une demande de Julie Gauthier - cycliste engagée dont la fille, Maxim, a été atteinte de leucémie et s'en est sorti - au principal instigateur de Roulez pour vivre : Michel Lussier.
Deux fondations se partageront les fonds amassés : Charles-Bruneau et Louis-Philippe Janvier. « Au moins, avec ces recherches-là, il y a des enfants atteints qui réussissent à passer au travers. Ils réussissent à avoir une vie normale », croit Michel Lussier. Maxim a été atteinte de leucémie à l'âge de cinq ans. Aujourd'hui, elle a 12 ans et est en santé.
« Mais la plus grande crainte des parents, c'est que la maladie revienne », croit Michel Lussier. Julie Gauthier s'est d'ailleurs donné comme défi cette année de ramasser 5 000 $ et de les remettre à la fondation Charles-Bruneau.
Avec le 100 km Roulez pour vivre, elle accumulera environ 1 500 $, ce qui, jumelé aux autres collectes de fonds qu'elle a réalisées, lui permettra d'atteindre son objectif.
« S'il y a quelque chose qu'on veut, en organisant un tel événement, c'est d'aider les familles des enfants malades. Parce que s'il y a bien quelqu'un qui ne mérite pas d'être malade, c'est les enfants », croit le principal instigateur.
Le parcours débutera à Yamaska pour se terminer à Granby. « C'est un beau circuit tranquille », qualifie l'organisateur. « Et 100 km, c'est un bon défi pour ceux qui ne font pas beaucoup de vélo, et pour les pros, c'est un beau circuit agréable ». Des voitures-balais seront présentes. Le parcours se fait sur des routes, et non sur des pistes cyclables.
Le député François Bonnardel sera d'ailleurs du tour. 
Un don minimal de 40 $ est requis pour participer à l'événement. Il est remis en totalité aux fondations. « C'est pas beaucoup, pour un bon tour organisé, avec un lunch », juge Michel Lussier. « Des tours à 40 $ au Québec, je peux les compter sur les doigts d'une main ». 
Après le cancer, le centre hospitalier
Roulez pour vivre passe donc cette année d'un événement annuel à deux. D'ailleurs, en 2018, le 70 km au profit de la fondation Louis-Philippe Janvier aura lieu le 12 mai. En automne, un 100 km reviendra, mais cette fois-ci pour la Fondation du Centre hospitalier de Granby. Michel Lussier compte en faire une tradition. « La Fondation de l'hôpital n'a pas de tour cycliste encore. C'est une belle façon de ramasser des fonds », déclare-t-il. Pour la première année, il souhaite donner à la pédiatrie. Pour celles qui suivront, c'est à suivre, selon ce que le centre hospitalier aura besoin le plus.
Envie de participer?
Pour s'inscrire (40 $ minimum), simplement à communiquer avec Marie-France Chênevert ou Michel Lussier (roulezpourvivre@gmail.com) ou avec Julie Gauthier au 450-521-1820.
Une fois l'inscription faite, vous n'aurez qu'à vous présenter dès 8 h, le samedi 9 septembre, à l'école secondaire du Verbe Divin située au 1021, rue Cowie. Le départ en autobus vers Yamaska se fera à 9 h. Il n'y a que 100 places, donc faites vite! Plus d'une trentaine sont déjà comblées. Le retour est prévu pour 15h30. Un goûter sera servi au retour du parcours. À prévoir : outils, chambres à air, lunch et collations.