Marc-André Legrand s’est joint à l’équipe de Vrooden, à titre d’associé et de brasseur. La microbrasserie a aussi ouvert récemment un salon de dégustation dans un local attenant à ses installations brassicoles.

Vrooden a le vent dans les voiles

Ouverture d’un salon de dégustation, arrivée de nouveaux actionnaires, acquisition projetée de nouveaux équipements : la microbrasserie industrielle Vrooden a le vent en poupe.

« Notre défi est de gérer la croissance et de continuer à mieux nous faire connaître », analyse l’un des copropriétaires de la PME et brasseur en chef, Carol Duplain.

Pour s’offrir davantage de visibilité, l’entreprise a récemment ouvert un salon de dégustation dans un local attenant à ses installations brassicoles de la rue Simonds Sud. L’objectif avoué de l’endroit, ouvert du jeudi au samedi : se faire connaître dans son propre patelin et offrir une adresse aux adeptes de bières de microbrasseries qui souhaitent découvrir leurs produits.

« On est peu connu à Granby, mais on est en train de changer ça », estime M. Duplain.

« On a vu dans les festivals que les gens aiment venir sur place. On était rendu là », affirme pour sa part Marc-André Legrand, qui a intégré l’équipe de Vrooden l’été dernier. Non seulement il est devenu l’un des actionnaires, mais il veille dorénavant à la production des bières à temps plein en partenariat avec Carol Duplain.

Autre nouvel associé : Robert Groulx. Lui et Marc-André Legrand ont comblé l’actionnariat à la suite du départ d’André Coulombe. Présent depuis le début de l’aventure, Hervé Gagnon continue à voir aux finances de l’entreprise, tout en travaillant chez Teledyne Dalsa, où œuvre aussi M. Groulx.

Broue
Carol Duplain et ses associés ont d’ailleurs de la broue dans le toupet par les temps qui courent. La progression de la microbrasserie granbyenne, spécialisée dans le brassage de bières allemandes, est très rapide. Lors du démarrage de ses activités au printemps 2016, Vrooden prévoyait produire 40 000 litres de bière par an. En 2017, c’est plutôt 100 000 litres qui ont été brassés. En 2018, la cible a été établie à 150 000 litres.

« C’est pas mal plus que ce qu’on pensait. On ne s’en plaint pas. Après un an et demi, on est déjà reconnu au Québec comme la référence en bières allemandes », se réjouit Carol Duplain.

Les produits houblonnés de Vrooden sont actuellement disponibles dans quelque 400 points de vente au Québec et ils sont servis dans quatre, bientôt cinq, restaurants à Granby.

Les bières allemandes demeurent la pierre d’assise de Vrooden, mais les brasseurs aiment bien « butiner » de temps à autre. Ils ont ainsi commercialisé 27 produits à ce jour, dont une série internationale et une autre Signature, qui inclut la Ur-Bock, fermentée en fût de chêne qui a connu un vif succès.

« La demande est là. Au début, je pensais avoir quatre bières régulières et faire des spécialités aux deux mois. Mais le marché québécois aime les nouveautés. On n’a pas le choix de faire au moins une nouveauté par mois. Les nouveautés pour nous, c’est de 40 % à 45 % de notre chiffre de vente. C’est hyper important qu’on continue à développer ça. Ça aide à nous faire connaître », explique Carol Duplain.

De nouveaux investissements sont prévus aux installations brassicoles de Vrooden.

Investissement
Bref, les affaires roulent chez Vrooden. Si la microbrasserie comptait à l’origine trois fermenteurs, elle a dû revoir ce nombre à cinq en cours de route. L’achat d’un sixième est envisagé à court terme. Même chose pour les équipements qui lui permettront de mettre ses bières en cannettes.

Les démarches entourant le financement de cet investissement, estimé à 225 000 $, devraient être complétées prochainement, affirme M. Duplain. Si tout se déroule comme prévu, les premiers produits en cannettes de Vrooden seront disponibles à partir de mai. Les bières dont le taux d’alcool est supérieur à 6,5 % continueront à être offertes en bouteilles.

« C’est un gros investissement, mais on n’a pas le choix de passer par là. Quand on regarde la courbe de notre production versus la capacité qu’on a présentement, on va plafonner d’ici un mois ou deux », dit Carol Duplain.

Les associés de Vrooden, dont les bières jouissent déjà d’un bon capital de sympathie de la part des chroniqueurs spécialisés, ont aussi soif de notoriété. Ils entendent entre autres soumettre leurs produits à quelques concours internationaux pour établir davantage leur crédibilité. La microbrasserie granbyenne se fera également plus présente cet été dans les différents événements spécialisés qui rassemblent les amateurs de bières. « On voit que c’est là qu’on va aller chercher les clients. Ils sont tous à la même place », souligne Carol Duplain.