La relocalisation des activités d’Atlas Aeronautik est un projet «énorme» pour l’entreprise, selon le directeur général, Serge Audet.

Une nouvelle usine pour Atlas Aeronautik

En croissance, Atlas Aeronautik relocalisera une partie de ses opérations dans la nouvelle section du parc industriel de Granby. L’entreprise devrait lancer la construction d’une nouvelle usine rue Arthur-Danis au printemps.

Pour l’heure, l’investissement n’est pas chiffré. Mais il s’agit d’un « énorme » projet pour l’entreprise qui a un créneau très niché dans le secteur de l’aéronautique, a affirmé mercredi le directeur général de la PME, Serge Audet.

L’entreprise est spécialisée dans la production de pièces mécaniques complexes qui entrent dans la fabrication des systèmes de contrôle de vol ainsi que dans les moteurs et les trains d’atterrissage d’avion. Les opérations d’Atlas Aeronautik sont réparties dans deux usines à Granby ; une située rue Édouard, où se trouve aussi le siège social, l’autre rue Vadnais.

C’est d’ailleurs parce que les installations de la rue Édouard sont remplies à pleine capacité que le projet de relocalisation s’est imposé, explique Serge Audet.

« Il n’y a plus d’espace pour entrer des équipements supplémentaires pour les contrats qu’on a déjà en main et dont les volumes de production vont venir plus l’an prochain », dit-il.

Projet par phases

Voisine des nouvelles installations du groupe Millet et de L.B. Maple Treat, la future usine d’Atlas accueillera ainsi, dans un premier temps, les opérations de la rue Édouard.

Les activités du département de l’administration seront aussi regroupées sous ce toit, alors qu’elles sont actuellement divisées dans les deux usines, souligne le DG de l’entreprise.


« Stratégiquement, le volume d’employés va augmenter de façon significative au cours des quatre prochaines années. »
Serge Audet, directeur général d’Atlas Aeronautik

« On a acquis un terrain assez grand pour aller de l’avant avec des phases subséquentes, où on pourrait éventuellement agrandir l’édifice et transférer les opérations de l’autre usine pour avoir tout sous un même toit », souligne Serge Audet.

« C’est un énorme projet, entre autres parce qu’avec les clients qu’on a en aéronautique, il y a des exigences très claires pour le contrôle des produits quand on déplace des équipements. On en a pour deux ou trois ans à absorber le changement. Par la suite, on regardera une phase éventuelle pour l’autre usine », ajoute-t-il.

La Ville de Granby a entériné en début de semaine la vente d’un terrain industriel d’environ 280 000 pieds carrés — au coût de 0,75 $ le pied carré —, pour un total de 210 000 $, à la compagnie Coradin, actionnaire majoritaire d’Atlas Aeronautik.

Si tout se déroule comme prévu, les travaux de construction pourraient débuter au printemps afin que le déménagement de la production puisse être entrepris à la fin de l’automne.

« On a des contrats où on a besoin de capacité machine. Probablement que la première étape sera d’installer de nouvelles machines dans la nouvelle usine et d’y partir les opérations. En parallèle, on pourra commencer le déménagement pour répondre à nos clients », explique Serge Audet.

Doubler le chiffre d’affaires

Le directeur général affirme qu’Atlas Aeronautik voit grand. L’entreprise veut doubler son chiffre d’affaires d’ici cinq ans.

« Déjà cette année, il (le chiffre d’affaires) a augmenté de 25 %. Il faut réussir à s’optimiser, en faisant de l’automatisation, pour croître tout en s’assurant de pouvoir combler nos besoins de main-d’œuvre », souligne M. Audet.

Selon lui, l’entreprise, qui emploie 150 personnes, doit composer à la fois avec une « forte croissance » et les défis que pose la pénurie de main-d’œuvre. Des postes sont d’ailleurs actuellement à combler. « Stratégiquement, le volume d’employés va augmenter de façon significative au cours des quatre prochaines années », dit le gestionnaire.

Le directeur général de Granby Industriel se réjouit pour sa part de la décision d’Atlas Aeronautik. « On est très heureux que cette entreprise-là, qui est un leader en aéronautique à Granby, demeure dans le parc industriel. L’aéronautique est un créneau d’activités très important », relève Patrick St-Laurent.

Selon lui, Granby a néanmoins dû se faire attirante pour conserver l’entreprise, car celle-ci a aussi étudié d’autres options, dit-il.

Il a déjà été convenu qu’une aide de 75 000 $ sera remise à l’entreprise, dans le cadre du programme d’aide discrétionnaire de la Ville, en vertu de l’article 92.1 de la Loi sur les compétences municipales. « Cette aide était importante pour être compétitif avec d’autres offres qu’ils avaient », note M. St-Laurent.

« C’est une bonne nouvelle. Ce sont de bons emplois bien rémunérés. Ça continue à bien aller dans le secteur industriel », a renchéri le maire de Granby, Pascal Bonin.