Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Casaflex est située à Esterillos Oeste, au Costa Rica.
La Casaflex est située à Esterillos Oeste, au Costa Rica.

Une maison dans le sud pour les employés de Flexpipe [VIDÉO]

Philippe Julien-Bougie
Philippe Julien-Bougie
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
À l’ère du télétravail, une bonne connexion internet suffit pour mener à terme ses tâches quotidiennes. Pour les employés de Flexpipe, une entreprise de Farnham, il est maintenant possible de travailler ou d’être logé gratuitement au Costa Rica dans une maison qui appartient à la compagnie.

Il y a deux semaines, la compagnie qui se spécialise dans la confection de tubes en aciers modulables a fait l’acquisition d’une maison réservée exclusivement à ses employés dans le village d’Esterillos Oeste, situé sur la côte pacifique costaricienne.

La bâtisse a été baptisée la «Casaflex» (casa signifie maison en espagnol).

Un investissement à long terme

Bien sûr, la santé publique demande aux ressortissants canadiens d’éviter les voyages non essentiels. Les vols en direction du Costa Rica sont d’ailleurs suspendus temporairement. 

«Pour la COVID, on suit les directives du fédéral. On ne recommande pas aux employés d’y aller maintenant. Avec la vaccination, on peut espérer que ce sera possible cet été», soutient le président de Flexpipe, Julien Depelteau.

À son avis, le legs principal de la pandémie sera le télétravail. Ce projet s’inscrit donc dans un objectif de rendre le boulot à distance plus plaisant. 

«C’est aussi un positionnement pour notre image au niveau des ressources humaines qui peut nous rendre alléchants auprès des travailleurs, explique M. Depelteau. Bientôt, on va faire du télétravail de partout dans le monde ».

« C’est un rêve que j’ai depuis longtemps. Je veux aller plus que deux semaines en voyage avec mes enfants. Je me suis dit que si moi j’avais envie de faire ça, sûrement que beaucoup en ont aussi envie », indique le grand patron de Flexpipe, dont l’équipe compte plus de 40 personnes. 

Il précise que l’initiative ne se limite pas qu’aux familles, mais aussi à ceux qui désirent voyager seuls pour apprendre à surfer ou profiter de la plage après leur journée de travail. 

Si l’hébergement est gratuit, les employés doivent tout de même se procurer leur billet d’avion et leur nourriture eux-mêmes.

Le président de Flexpipe, Julien Depelteau

Le Costa Rica, un choix logique

Surnommé «la Suisse de l’Amérique centrale», le Costa Rica ne possède pas d’armée depuis 1948. « C’est une destination qui a bonne presse et qui est sécuritaire », fait valoir Julien Depelteau, en soulevant que la stabilité politique du pays a influencé son choix pour l’acquisition de la Casaflex. 

Il ajoute avoir bénéficié d’un certain réseau de contacts. Un de ses employés est natif de ce pays et l’a mis en relation avec des gens de la région. 

« J’ai aussi une amie québécoise qui habite à 15 minutes de la Casaflex. Elle vit là depuis 12 ans», mentionne M. Depelteau. L’amie en question est dorénavant la gestionnaire de la maison et sera la personne-ressource pour ceux qui y logeront.

« Ils font aussi la promotion de l’écotourisme. On trouvait que ça ressemblait aux valeurs de notre entreprise.»